Jean-Pierre Coffe est mort à 78 ans : retour sur ses plus grands coups d'éclat

Chargement en cours
 Portrait de Jean-Pierre Coffe réalisé en novembre 2015.

Portrait de Jean-Pierre Coffe réalisé en novembre 2015.

1/2
© BestImage, Cédric Perrin
A lire aussi

Fabien Gallet

Figure du PAF et des ondes, pourfendeur de la malbouffe, critique gastronomique et cuisinier haut en couleur, Jean-Pierre Coffe est décédé mardi 29 mars 2016 à 78 ans selon RTL, son employeur. Une information confirmée par son acolyte et ami, Laurent Ruquier : "Le compagnon de Jean-Pierre Coffe m'autorise à vous confirmer sa disparition", a ainsi écrit sur Twitter le présentateur de l'émission les Grosses têtes, dans laquelle l'homme aux lunettes rondes et colorées venait souvent partager avec les auditeurs sa bonne humeur mais aussi ses coups de gueule. C'est d'ailleurs son franc-parler dont se souviendront le public et ses proches. "J'aimerais tant qu'il m'engueule encore", a d'ailleurs ajouté Laurent Ruquier. Retour sur les plus grands coups d'éclat de celui dont certaines punchlines sont devenues cultes.

Quand Jean-Pierre Coffe qualifiait une cliente de "connasse" (1975)

Dès les années 70, le cuisinier fait déjà preuve d'un caractère en acier trempé. Face à la caméra de l'équipe du Petit Rapporteur, sur TF1, le 15 juin 1975, Jean-Pierre Coffe, loin de mâcher ses mots, se confiait sur les clients qui venaient s'asseoir à la table de son restaurant. Des clients dont les comportements et les réactions n'étaient pas toujours à son goût, à l'image de "l'emmerdeur". Mais c'est l'histoire d'une cliente qui lui affirmait à tort être déjà venue manger chez lui qui retiendra l'attention. "L'autre jour, une bonne femme me dit en minaudant : 'Oh, je suis déjà venue manger chez vous, c'est absolument excellent'. 'J'ai une qualité, je crois, c'est que je reconnais généralement les gens qui viennent chez moi et vous n'êtes jamais venue chez moi', lui rétorque Jean-Pierre Coffe avant de lui demander : "Vous êtes venue quand ?" "L'année dernière", lui répond-elle. "CONNASSE !, hurle-t-il, en tapant du poing sur la table, l'année dernière c'était fermé !", racontait-il en riant avant de préciser : "C'est ça la clientèle du Tout-Paris".

Saucisse à la main : "C'est de la merde !" (1992)

La séquence est devenue culte. Sur le plateau de l'émission La Grande famille, sur Canal +, en 1992, Jean-Pierre Coffe lancera une phrase qui marquera les esprits. Alors qu'il parle charcuterie, il s'aperçoit que les produits qu'il a devant lui sont industriels. Ni une, ni deux, le chroniqueur s'énerve et commence à jeter les saucisses sur Michel Denisot et Jérôme Bonaldi en criant : "On va me dire : 'Oui, vous êtes un con, vous allez jeter ça'. Oui, j'la jette, parce que ça, c'est honteux !". Et d'ajouter, très remonté : "C'est pas de la charcuterie, ça, c'est de la merde !". Dans son autobiographie Une vie de Coffe, parue l'an dernier, ce dernier se souvenait de ce moment mémorable : "Ce jour-là, pourtant, ma spontanéité naturelle va me conduire à un esclandre qui me poursuit encore aujourd'hui. En effet, alors qu'on me présente une petite saucisse dont j'ai découvert qu'elle est loin d'être fabriquée selon le code des usages de la charcuterie, la moutarde me monte au nez. Ça, de la saucisse ? Cet amalgame de saindoux et de mauvaise tripaille ? Sûrement pas". Un "moment d'anthologie" qui "est passé en boucle au zapping".

Selon le cuisinier : "On n'apprend plus rien à l'école" (2013)

Présent sur le plateau de l'émission C'est arrivé sur la 8, présentée à l'époque par Jean-Marc Morandini, sur Direct 8, Jean-Pierre Coffe est interrogé sur les confitures, objet de l'un de ses livres paru en 2008. Convaincu qu'il faut prendre son temps, le chroniqueur culinaire affirme : "Un gamin de 15 ans, c'est pas un homme, il est pas fait, il a encore à se cultiver, à apprendre... Et bien un boeuf de deux ans, c'est pas de la viande à manger (...). On nie la notion de temps !". L'occasion pour lui d'enchaîner sur le problème de l'éducation : "Quand vous interrogez un môme et que vous lui demandez d'où vient le chocolat, il vous répond : 'ça vient d'une tablette'. C'est consternant ! (...) La situation des mômes est consternante, ils ne savent plus rien, on n'apprend plus rien à l'école. Moi quand j'entends un môme qui me dit que ça vient d'une tablette le chocolat, je vous jure, j'ai envie de chialer !", désespérait-il avant de fustiger l'Éducation nationale.

 
6 commentaires - Jean-Pierre Coffe est mort à 78 ans : retour sur ses plus grands coups d'éclat
  • pasdupe -

    Il va manquer, c'est sûr....même s'il disait aussi un tas de conneries, mais c'est aussi comme ça qu'on l'aimait.
    Je viens de l'entendre dans une rétrospective des Grosses T^tes dans les années 80, Bouvard ne pouvait tellement pas en placer une qu'il a fini par lui confier les clés du studio en lui disant : "vous fermerez derrière vous en partant".
    A se plier en 4, je n'arrivais plus à conduire.

  • mozart59 -

    Paix à son âme mais ce type disait conneries sur conneries ! et les lieux communs du genre : on n'apprend plus rien à l'école c'est ahurissant de laisser passer de telles absurdités ! il généralise un cas de crétin !! et désolée depuis l'origine de l'école les cancres et les crétins en tout genre ont toujours été beaucoup plus nombreux que les "bons élèves" !! croyez moi des perles au début du siècle étaient aussi nombreuses .. voire plus qu'à notre époque !! j'ai relu les cahiers des élèves de ma grand mère c'était truculent ! qui a tué le vase de Soisson .. réponse : pas moi madame je le jure !!!

  • mozart59 -

    On meurt de quelque chose ! donc pourquoi ne précise-t-on pas la maladie ! il n'y a pas de honte !!

  • Runkil -

    Mort de quoi pour finir ?

  • pimboli67 -

    Je suis surpris (cela-dit : je sais bien que PERSONNE n'est éternel) pas même SOCRATE (et non plus les chats) même si "SOCRATE est 1 chat".
    Erik

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]