Jean Rochefort : "La perte de mémoire me terrifie"

Jean Rochefort : "La perte de mémoire me terrifie"

Jean Rochefort se confie.

A lire aussi

Roxane Centola

Alors qu'on annonce régulièrement sa retraite, Jean Rochefort a encore des choses à dire. La preuve en est : l'acteur sera prochainement à l'affiche de Floride, le prochain long-métrage de Philippe Le Guay. L'occasion pour cette pointure du cinéma français de se confier, avec mélancolie, dans les pages du quotidien régional Centre Presse sur ses souvenirs, mais aussi ses angoisses.

S'il semble toujours de bonne humeur et qu'il sait comment utiliser la langue française pour la rendre belle et ludique, il s'avère que Jean Rochefort est de nature tourmentée. Il confie : "Je suis assez spleenesque au sens baudelairien du terme. Je me souviens de mon cri en naissant qui était atroce ! Un hurlement abominable". Il est d'ailleurs persuadé que son humour est une façon de ne pas trop dévoiler sa déprime : "L'humour, c'est une accumulation de désespoirs considérable. Je suis un provincial et quand j'étais enfant, la province était un mouroir culturel extraordinaire".

Mais ce qui angoisse surtout Jean Rochefort, c'est d'oublier : "La perte de mémoire me terrifie. C'est d'ailleurs pour ça que je ne fais plus de théâtre, je serais très inquiet. Et puis un tel film (Floride, ndlr) est utile et on développe des envies d'utilité quand on prend de l'arthrose".

Heureusement, s'il y a bien quelque chose qu'il n'oublie pas, ce sont les femmes. "Trois pensions alimentaires c'est un sacré investissement. Je me suis marié une première fois à Varsovie pour arracher une fille de ministre au communisme. Je me suis pris pour Don Quichotte. Nous avons eu deux enfants. Puis il y a eu Nicole Garcia et notre fils Pierre. A présent, ça fait trente ans que je suis marié et fidèle", explique le comédien. Mais comme tout le monde à 85 ans, il lui arrive aussi de penser à la mort : "J'ai été amateur de vin sans jamais abuser. Mais aujourd'hui, la Faculté me l'a interdit : je ne le supporte plus. Toutes ces petites joies enlevées nourrissent le désir de mourir". Espérons que le succès de son prochain film, en salles le 12 août prochain, lui remonte un peu le moral.

 
0 commentaire - Jean Rochefort : "La perte de mémoire me terrifie"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]