Josiane Balasko ne regrette pas d'avoir soutenu Hollande

Chargement en cours
 Josiane Balasko au défilé Jean-Paul Gaultier Haute Couture Automne-Hiver 2016/2017 à Paris, le 6 juillet 2016.

Josiane Balasko au défilé Jean-Paul Gaultier Haute Couture Automne-Hiver 2016/2017 à Paris, le 6 juillet 2016.

1/3
© Abaca, Marechal Aurore
A lire aussi

Hélène Demarly

La comédienne est en ce moment au théâtre où elle joue seule la pièce "La Femme rompue". Interviewée par Le Parisien dans le cadre de sa promo, Josiane Balasko, très engagée à gauche, en a profité pour parler politique.

En 2012, l'ancienne membre de la troupe du Splendid avait affiché publiquement son soutien à François Hollande, n'hésitant pas à être présente place de la Bastille le jour de son élection pour fêter sa victoire. Et depuis, même si le bilan du président de la République ne cesse d'être critiqué, Josiane Balasko refuse d'accabler celui qui est déjà au plus bas dans les sondages.

Dans les pages du Parisien du mardi 26 décembre, l'actrice de 66 ans explique qu'elle ne soutiendra personne lors des prochaines élections. "Qu'ils se soutiennent tout seuls", s'exclame-t-elle en rigolant. "Je ne regrette pas d'avoir soutenu Hollande en 2012, c'était un choix qui me paraissait logique. Ensuite, comment les choses évoluent...", explique Josiane Balasko, avant de justifier ce bilan de quinquennat qui n'est pour elle "pas totalement négatif", évoquant "un problème de communication".

Une militante indéfectible

Le 22 décembre déjà, Josiane Balasko, présente sur le plateau d'Arte pour parler politique, avait dit trouver "terrible ce qui se passe à gauche", mais avait refusé de "tirer sur l'ambulance". Et peu importe les résultats du gouvernement de François Hollande, elle avait assuré être "toujours de gauche". Pour les prochaines élections, elle refuse cette-fois de prendre parti : "Ça va être des règlements de comptes dans tous les sens, qu'ils se démerdent. Si la gauche perd, ça l'aidera peut-être à se replacer à gauche", assure-t-elle au Parisien. Malgré tout, elle n'est pas très optimiste : "On n'est pas à l'abri d'une mauvaise surprise", évoquant "la victoire de Trump", qui "a donné un coup de fouet à toutes les ultra-droites européennes". Mais si le Front National gagne du terrain, la mère de Marilou Berry ira s'"acheter une bonne paire de pompes pour aller aux manifs".

Josiane Balasko joue le monologue "La femme rompue" aux Bouffes du Nord (Paris Xe) jusqu'au 31 décembre 2016 et en tournée ensuite dans plusieurs villes en France.

 
406 commentaires - Josiane Balasko ne regrette pas d'avoir soutenu Hollande
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]