Joyce Jonathan : "Je vis chaque rupture comme la fin du monde"

Chargement en cours
 Joyce Jonathan assiste à la soirée Back to the Party au Pavillon des Champs-Elysées à Paris, en octobre 2015.

Joyce Jonathan assiste à la soirée Back to the Party au Pavillon des Champs-Elysées à Paris, en octobre 2015.

1/2
© Abaca, Aurore Maréchal
A lire aussi

Fabien Gallet

Le nouvel album de Joyce Jonathan, Une place pour moi, est paru le 5 février 2016. À cette occasion, dans les pages de Public, en kiosque vendredi 19 février, la chanteuse revient sur l'un des principaux sujets abordés au gré de ses nouveaux titres : l'amour.

À 26 ans, Joyce Jonathan ne chôme pas puisqu'elle vient de sortir son troisième album et s'est lancée dans une nouvelle tournée à travers la France. Un bon moyen de présenter ses nouvelles compositions, à l'image du titre enregistré en duo avec Vianney, Les Filles d'aujourd'hui, dans lequel elle chante : "Elles sont énervantes les filles d'aujourd'hui, et malheureusement j'en fais partie - Elles sont trop hésitantes les filles d'aujourd'hui, elles savent pas ce qu'elles veulent, elles savent pas dire ... oui". Une référence à la place qu'occupent les réseaux sociaux et les sites de rencontre dans les relations amoureuses. "Je ne dis pas qu'il n'y a pas de belles histoires d'amour, j'en ai eu", précise la chanteuse au magazine Public.

Mais, si elle avoue avoir déjà testé certaines applications de rencontre, ce qu'elle a trouvé "sympa" et "excitant", en amour, Joyce Jonathan a "peur de (s)'abandonner à l'autre." "Se livrer, dit-elle, c'est prendre le risque d'avoir le coeur en miettes". Elle en a déjà déjà fait l'expérience ! "Ma première histoire d'amour, à 14 ans, m'a complètement brisée. C'est pour ce garçon que j'ai écrit Pas besoin de toi", révèle la jolie chanteuse avant de poursuivre : "Cette relation m'a rendue encore plus fermée. Je vis chaque rupture comme la fin du monde", précise l'ex-compagne du fils du président de la République, Thomas Hollande.

Il faut dire qu'en amour, elle ne fait pas dans la demi-mesure. "Je peux être odieuse, un vrai coeur de pierre. Ou à l'inverse, être en mode grosse soumise prête à tout pour son mec". Et d'ajouter : "Je n'ai pas de juste milieu. Je peux aller au bout du monde pour prouver à un amoureux qu'il compte pour moi ... Et lui écrire des chansons". Si elle ne cache pas être "exclusive", Joyce Jonathan estime pourtant qu'il n'existe pas "un seul grand amour, mais plutôt plusieurs 'bonnes personnes'". Ne reste plus qu'à lui souhaiter de trouver l'une d'entre elles !

 
36 commentaires - Joyce Jonathan : "Je vis chaque rupture comme la fin du monde"
  • avatar
    caLauit -

    mais quelle part de rêve laisse t-elle dans tout ça?????? surtout quant on entends les belles paroles de midinettes que l'on aime a entendre ,dans la chanson "ça ira " _Dis moi que je suis la seule que tu n'aies jamais autant désirée ???????
    cette chanson allait a l'évidence vers son public mais n'est peut-être pas pour elle,il y a tellement de sollicitations dans ce métier qu'il y a matière a faire tourner beaucoup de têtes et à ne jamais se retrouver avec un seul Amour.............. mon doux mon tendre mon merveilleux amour .de (jacques Brel)

  • avatar
    Bienheureux -

    Pauvre petite ! elle est vraiment à plaindre ! je garde ma compassion pour celles qui ne sont pas connues et galère.
    Parce qu'elle est la seule : "Je vis chaque rupture comme la fin du monde"

  • avatar
    lagalain -

    Cette femme est jolie et chante très bien.
    Qu'elle ait été un moment avec le fils Hollande ne change rien, ni en bien ni en mal, puisqu'elle n'y est plus...

  • avatar
    Bully1 -

    Bonsoir Nilly02, je suis un ami de Joyce . Et vous ça va ?

  • avatar
    bobdylan -

    la pauvre dinde elle espere peu etre surpasser le monumental di caprio un jour....... une personne de talent lui.... a bon entendeur aucun interet ce sujet^^

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]