Maïtena Biraben, licenciée pour faute grave ?

Chargement en cours
 Maïtena Biraben assiste à la soirée des animateurs du Groupe Canal+ à Paris, le 3 février 2016.

Maïtena Biraben assiste à la soirée des animateurs du Groupe Canal+ à Paris, le 3 février 2016.

1/2
© BestImage, Agence BestImage
A lire aussi

Fabien Gallet

Début juin 2016, un communiqué du groupe Canal+ annonçait le départ volontaire de Maïtena Biraben du Grand Journal et par la même occasion de la chaîne cryptée. Pourtant, Yann Barthès laissait entendre que cette dernière avait été poussée vers la sortie. Mercredi 27 juillet, le site Les Jours a confirmé que la journaliste avait bien été licenciée, qui plus est pour "faute grave".

"Maïtena Bira­ben a souhaité quitter la présentation du Grand Jour­nal à la fin de la saison. Son énergie et sa passion ont nourri les émis­sions qu'elle a animées sur les antennes de Canal+ (...). Nous lui souhaitons plein de succès dans ses projets." Tels étaient les propos de la direction de Canal+ dans un commu­niqué du 2 juin dernier. Mais quelques heures après cette annonce, Yann Barthès mettait son grain de sel sur le plateau du Petit Journal : "Permet­tez-moi juste d'avoir un mot personnel. Une pensée pour Maïtena Bira­ben et Ali Baddou qui ont appris aujourd'­hui qu'ils quit­taient Canal +", lançait l'animateur face caméra, pour dénoncer subtilement une décision loin d'être commune.

Mercredi 27 juillet 2016, le site Les Jours a fait de nouvelles révélations sur ce départ. Selon les auteurs de l'article, l'animatrice de 49 ans a bien été poussée vers la sortie. "Le 29 juin, la voilà convoquée pour un entretien en vue d'être licenciée pour 'faute grave'", nous apprend le site Internet, précisant que la journaliste a même été "mise à pied la semaine dernière". Un motif qui concerne, en général, les absences injustifiées ou un abandon de poste, l'indiscipline ou l'insubordination, un état d'ivresse pendant les heures de travail ou encore des violences ou injures. Quelle faute pour Maïtena Biraben ? D'après Les Jours, Canal+ lui reproche "une forme de déloyauté", et plus particulièrement "d'avoir tout fait pour aboutir à une situation de blocage pour se faire payer sa clause de sortie alors qu'elle voulait partir".

Des indemnités de départ au coeur de l'affaire ?

Selon Les Jours, ce ne sont pas les mauvais scores du Grand Journal qui ont donc coûté sa place à la journaliste présente au sein du groupe chapeauté par Vincent Bolloré depuis 13 ans. Le site estime qu'il s'agit plutôt d'une "histoire de gros sous". "Maïtena Biraben (...), en CDI depuis 2008, a signé en effet pour Le Grand Journal un contrat mirobolant avec Canal+, paraphé par Maxime Saada, le numéro 2 du groupe. (...) Le contrat stipule qu'en cas de licenciement du fait de l'employeur, l'animatrice toucherait des indemnités conséquentes. Sauf... sauf en cas de faute grave ou lourde." La chaîne aurait donc trouvé le moyen d'éviter "le paiement de sa clause de sortie".

Une manoeuvre qui n'a évidemment pas été du goût de Maïtena Biraben. Cette dernière, toujours d'après Les Jours, aurait décidé d'attaquer le groupe aux prud'hommes.

 
205 commentaires - Maïtena Biraben, licenciée pour faute grave ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]