Marianne James : "La routine au lit, je ne la connais pas"

Chargement en cours
 Marianne James à la soirée Paris Première à la Villa Schweppes pendant le festival de Cannes, le 13 mai 2010.

Marianne James à la soirée Paris Première à la Villa Schweppes pendant le festival de Cannes, le 13 mai 2010.

1/3
© Abaca, Briquet-Gorassini
A lire aussi

Hélène Demarly

Alors qu'elle a repris les rênes de l'émission Prodiges, sur France 2 ce jeudi 22 décembre, Marianne James en a assuré la promo lors de plusieurs interviews. Notamment à Gala, pour qui elle a évoqué sa passion pour la musique mais aussi pour les hommes.

"J'ai évolué profes­sion­nel­le­ment, poli­tique­ment... mais pas en amour ! Pour le dire trivia­le­ment, il faut que ça brûle et que ça fasse mal pour que j'aie envie de me mettre nue dans un lit. Et je ne connais malheu­reu­se­ment que la passion destruc­trice, pas la passion profonde et bienveillante", confie l'artiste au magazine, qui évoque également le sexe : "Il n'y a rien de pire qu'un homme sérieux sous la couette. Il faut être capable de s'amu­ser, de s'in­ven­ter des rôles, d'être mascu­lin, fémi­nin, d'avoir vingt ou cent ans. La routine au lit, je ne la connais pas et je ne veux pas la connaître." L'homme qui lui fait tourner la tête ? "C'est celui qui va mettre le bazar dans ma vie, faire vaciller mon équi­libre", a-t-elle également évoqué dans les pages de Gala, expliquant n'avoir connu l'amour bienveillant qu'avec son père.

Interrogée par Télé 7 jours il y a quelques jours, l'animatrice de "Prodiges" a également parlé de sa vie amoureuse sans détour : "Il y a eu quatre hommes qui ont vraiment compté dans ma vie : c'est beaucoup déjà. Tout ce que j'avais à vivre avec eux, les aspects absolus, l'extase totale de l'amour, je les ai vécus. J'ai été aimée, totalement. Mon dernier amoureux - dont j'étais folle - m'a dit une chose très très belle : 'Je ne peux vivre dans l'ombre de ta lumière.' Être grande, être riche, être connue, c'est beaucoup pour un homme."

Elle aurait pu tomber amoureuse d'une femme

"J'au­rais pu être séduite par une femme bien dans son corps, sensuelle. Une femme équilibrée, avec un vrai jardin secret (...) C'est aussi ce que j'at­tends d'un homme d'ailleurs. C'est mon drame de ne pas être lesbienne ! Si je l'avais été, j'au­rais pu avoir des enfants, une famille. Car je ne fais pas peur aux femmes", explique l'ancienne jurée de "Nouvelle Star" à Gala. Tomber amoureuse d'une femme oui, mais alors de caractère, comme elle ! Marianne James l'explique : "La nature d'une femme pour moi, c'est le volcan doublé d'une certaine autorité."

Elle plaint aussi la "femme fade". "Celle qui gomme ou contra­rie sa nature profonde pour corres­pondre à la norme. Celle qui suppor­te­rait très bien de faire quatre kilos de plus, mais s'af­fame pour entrer dans un 36 ( ...) Celle qui serait plus débri­dée au fond d'un lit si elle ne se rete­nait pas, car "ça ne se fait pas", explique-t-elle.

 
46 commentaires - Marianne James : "La routine au lit, je ne la connais pas"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]