Michel Cymes avoue souffrir d'hyperactivité

Chargement en cours
 Michel Cymes en marge du 33e Salon du Livre au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le 19 mars 2016.

Michel Cymes en marge du 33e Salon du Livre au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, le 19 mars 2016.

1/2
© BestImage, CEDRIC PERRIN
A lire aussi

Hélène Garçon

Sa réputation de blagueur n'est plus à faire. Pourtant, c'est un Michel Cymes des plus sérieux qui a été invité sur le plateau de l'émission "Sept à Huit", diffusée le dimanche 24 juillet 2016 sur TF1. Le médecin praticien a ainsi révélé souffrir d'un mal qui lui pèse au quotidien.

Les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés. Un adage qui s'applique également aux médecins, et particulièrement à Michel Cymes. Le médecin-praticien qui anime quotidiennement Le Magazine de la Santé sur France 5 a confié être atteint de TDAH, un trouble déficitaire de l'attention, qui se traduit par une forme d'hyperactivité chez l'adulte.

"J'ai beaucoup de mal à me poser, à ne pas courir. Je m'ennuie très vite", reconnaît le présentateur, qui explique avoir été diagnostiqué hyperactif il y a seulement trois ans. Un comble pour un médecin reconnu dans la profession, mais aussi par la majorité du public, qui l'a d'ailleurs hissé à la neuvième place du classement des personnalités préférées des Français, juste derrière Dany Boon et Jean-Paul Belmondo.

"J'ai un besoin viscéral de soigner"

"Quand je vois la liste des 50 personnalités préférées des Français et que je me vois là-dedans avec des gens que j'ai admirés toute ma vie comme Aznavour ou Hallyday, je me dis 'Ou c'est un rêve, ou il y a un problème, une erreur, confie l'animateur avec une grande humilité. A un moment, on se demande s'il n'y a pas une imposture." Médecin de formation, Michel Cymes s'est fait connaître du grand public grâce au Magazine de la Santé, qu'il anime quotidiennement avec Marina Carrère d'Encausse.

Une double casquette que l'animateur n'hésiterait pas à sacrifier s'il devait ne conserver qu'une seule de ses deux carrières. "J'ai un besoin viscéral de soigner et d'avoir un contact avec mes patients, reconnait-il. Je n'arrêterai jamais l'hôpital. Si un jour on me demandait de choisir, je continuerai mon métier de médecin. Ça c'est mon vrai métier. Ce que je fais à côté, je ne vais pas vous dire que c'est de l'amusement, mais presque", confie-t-il avant de conclure : "C'est que du bonus !".

 
113 commentaires - Michel Cymes avoue souffrir d'hyperactivité
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]