Père absent, Doc Gynéco n'a "aucune autorité" face à ses enfants

Chargement en cours
 Doc Gynéco, lors du 20e anniversaire du club La Plage Club à Bordeaux en mars 2015.

Doc Gynéco, lors du 20e anniversaire du club La Plage Club à Bordeaux en mars 2015.

1/2
© Abaca, Jérôme Dominé
A lire aussi

Fabien Gallet

Bruno Beausir, alias Doc Gynéco, reviendra courant avril avec une tournée d'une vingtaine de dates à travers la France. A cette occasion, il a récemment accordé un long entretien à Next, le supplément culture du journal Libération, dont il fait aussi la couverture. Le rappeur s'y confie à coeur ouvert sur la politique, Nicolas Sarkozy, le monde de la rue, Booba, la télévision ou encore son histoire d'amour avec Christine Angot mais aussi et surtout sur la paternité. Car le quadragénaire, qui sortait il y a 20 ans, Première Consultation, n'est pas qu'un simple artiste. Doc Gynéco est également père de trois enfants, aujourd'hui adolescents.

Dans les cinq pages que lui accorde le journal, Bruno Beausir tombe le masque et livre des confidences sincères, comme par exemple sur son idylle avec la romancière Christine Angot. Lui, l'adepte de la bonne formule, l'amoureux des belles phrases, n'avait à l'époque "personne à qui parler" de sa passion pour la littérature. "C'est à cause de tout ça que j'ai eu cette relation avec Chris­tine Angot. À cause des mots...", explique l'artiste de 41 ans qui affirme ne pas avoir mal pris le fait que cette dernière s'inspire de leur liaison dans son roman, Le Marché des amants. "Ce que j'aime chez Christine, c'est son côté araignée, veuve noire... On m'a demandé pourquoi je ne m'étais pas plaint, mais c'est ce que j'aime chez elle. C'est comme ça qu'elle nourrit son art : elle mange ses amants."

Le chanteur, s'il a souvent avoué avoir quelques problèmes avec les filles, ne cache pas non plus sa difficulté à incarner une vraie figure paternelle. "Moi, je vais avoir du mal à jouer au père digne de ce nom pour mes enfants. J'ai aucune autorité. Parce que j'ai pas été présent, reconnait Doc Gynéco. Et je sais que j'ai pas de leçon à leur donner. J'oserais pas. Alors je les laisse faire ce qu'ils ont envie, dans le bon sens du terme. Pas de direction, pas de consigne. Une des mes filles est branchée par tout ce qui est 'arty', je laisse faire..."

S'il se remet en question en tant que père, le rappeur se livre également à une introspection plus intime concernant sa propre personnalité. C'est le décès de David Bowie, en janvier dernier qui a été le déclic. "Tous ces trucs sur Bowie et ses différents personnages, ça m'a fait réfléchir, explique-t-il. J'ai envie de redevenir Bruno. Redevenir moi-même, parce que, de toute façon, vous n'êtes plus dupes aujourd'hui... J'ai trop joué au con. Je me suis fait passer pour plus idiot que je n'étais. J'avais aucun code de communication à l'époque, j'étais livré à moi-même", estime Doc Gynéco qui raconte avoir été "jeté sur des plateaux télévisés importants", et à l'époque ne pas avoir "compris ce (qu'il) faisait à (son) image." "C'est pour ça que là, je reviens par la presse écrite, conclut-il, parce que je sais pas comment je vais gérer à la télé. Avec l'image, t'as perdu d'avance, faut le savoir."

 
22 commentaires - Père absent, Doc Gynéco n'a "aucune autorité" face à ses enfants
  • sergiopizza -

    c'est un peu facile d'apprendre aux autres à éduquer des enfants tant que l'on en a pas
    quant à ce copain de Sarkoclown il aurai mieux de rester dans l'ombre car même son non d'artiste m'a perturber
    ainsi que musicalement!

  • paname -

    Ne pas avoir d'autorité sur ses enfants, c'est reconnaître l'échec d'être père. Un enfant a besoin pour se sentir équilibré et bien dans sa peau d'avoir quelqu'un qui soit un guide et surtout être le dominant de la famille.
    Sinon sans autorité, l'enfant peut chercher à être le dominant de la famille et c'est l'échec.
    Je pensais que Doc Gynéco savait que l'époque de "l'enfant roi",sans autorité du père pouvait faire plonger ses enfants dans le n'importe quoi.

  • dij21120 -

    Il aurait mieux fait de se taire, son soutien à Sarkosy lui a couté cher, il est définitivement grillé.

  • Yunny -

    Mais qu'est ce qu'on en a à foutre de lui et de ses gosses !!!
    Il n'y a

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]