Philippe Bouvard : il aurait pu être la cible de Jacques Mesrine !

Philippe Bouvard : il aurait pu être la cible de Jacques Mesrine !

Philippe Bouvard

A lire aussi

Fabien Gallet

Dans les années 70, l'ennemi public n°1 n'est autre que Jacques Mesrine. Et c'est l'animateur Philippe Bouvard qu'il aurait eu dans son viseur avant d'être abattu par les autorités. C'est ce qu'a révélé l'ancien animateur des Grosses Têtes, mardi 27 octobre 2015, dans l'émission L'heure du crime sur RTL.

Le 2 novembre 1979, Philippe Bouvard, alors journaliste pour France Soir, reçoit un coup de téléphone de la police. "J'étais chez moi sur la Côte d'Azur", se souvient-il. "Le téléphone a sonné et j'ai entendu une voix qui me disait : 'Ici, Devos'. Alors j'ai dit 'Bonjour Raymond', comme d'habitude. Et là, il m'a dit 'non, non, c'est pas le comique, c'est le commissaire Serge Devos, chef de la Brigade de répression du banditisme'". Surpris, Philippe Bouvard laisse son interlocuteur poursuivre : "Je voulais vous avertir que nous venons d'abattre Jacques Mesrine il y a une demi-heure, lui annonce le policier. Et, dans son veston, nous avons découvert un plan de votre villa du Vésinet et les numéros d'immatriculation de vos voitures, ainsi que les itinéraires que vous empruntez chez vous, pour rentrer le soir".

C'est alors le soulagement pour celui qui a été remplacé par Laurent Ruquier dans Les Grosses Têtes en 2014. Et pour cause, il a failli être "le dernier client" du gangster. Et l'animateur radio pense savoir pourquoi ce dernier voulait s'en prendre à lui. "J'avais consacré deux ou trois chroniques assez vengeresses à Mesrine pour protester contre le fait que cet ennemi public numéro 1, parce qu'il avait sorti un best-seller et qu'il savait manier la langue française, était devenu un maître à penser de la société française", confie-t-il.

Heureux de ne pas avoir eu affaire avec le gangster, Philippe Bouvard n'en perd pour autant pas le nord ! "Evidem­ment, si j'en avais réchappé, j'aurais fait une série d'articles puisés à la meilleure source. Mais, enfin, il y a des moments où on préfère renon­cer à une acti­vité profes­sion­nelle et conser­ver la vie", estime l'animateur.

 
130 commentaires - Philippe Bouvard : il aurait pu être la cible de Jacques Mesrine !
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]