Pour Gérard Jugnot, François Hollande "aurait pu faire partie du Splendid"

Chargement en cours
 Gerard Jugnot au Festival de la Fiction télé à La Rochelle, le 14 septembre 2012.

Gerard Jugnot au Festival de la Fiction télé à La Rochelle, le 14 septembre 2012.

1/2
© Abaca, Bernard Patrick
A lire aussi

Hélène Demarly

L'acteur, interrogé par le journal Le Monde, a loué les talents d'humoriste du président de la République, qui était dans le même lycée que lui.

Dimanche 18 décembre, Le Monde a publié une interview de Gérard Jugnot, en promotion de son livre Une époque formidable, Mes années Splendid. Le comédien en a profité pour évoquer le président de la République, son mandat, et l'a défendu face au "Hollande bashing" dont il est victime. Gérard Jugnot, qui a eu l'occasion de rencontrer François Hollande, et notamment de passer le réveillon du 31 décembre 2013 en sa compagnie (sa compagne de l'époque Saïda Jawad est une amie de Valérie Trierweiler), dit le trouver "humain, intéressant, drôle".

Les deux hommes ont qui plus est fréquenté le même lycée, "s'il avait été un peu plus âgé, il aurait pu faire partie du Splendid" − fondé avec Thierry Lhermitte, Christian Clavier et Michel Blanc, rencontrés sur les bancs de l'école − a confié le célèbre Bernard des "Bronzés font du ski", en faisant référence à l'humour du président. "Il aurait peut-être été plus heureux ?", va jusqu'à se demander Gérard Jugnot, faisant référence au douloureux quinquennat du président actuel.

Gérard Jugnot prend la défense de François Hollande

"Moi je suis d'extrême centre, profondément européen, les extrêmes me révulsent", a confié l'acteur, expliquant en avoir assez du climat anti-Hollande actuel. "Je ne suis pas d'accord sur plein de trucs avec la politique de Hollande, mais il n'a pas eu une minute d'état de grâce, pas une semaine sans qu'on lui ait fait endosser la responsabilité de quelque chose. On s'apercevra plus tard que son bilan n'était pas si catastrophique, qu'il a géré de manière admirable les attentats, la COP21...", a-t-il expliqué, avec de conclure avec humour : "Bon, mais ne titrez surtout pas que je fais partie des 4 % qui le soutiennent encore, sinon je perds tout mon public !"

La semaine dernière déjà, François Hollande avait été salué par le prix de l'humour politique pour ses "Hollanderies", et notamment avec cette petite phrase parue dans L'Express, le 19 septembre 2016: "Toutes les décisions que je prends, je les prends seul avec moi-même, dans un dialogue singulier." Une future reconversion vers l'humour pour le président après les élections de 2017 ?

 
23 commentaires - Pour Gérard Jugnot, François Hollande "aurait pu faire partie du Splendid"
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]