Quand Dany Boon faisait la manche dans la rue

Chargement en cours
 Dany Boon lors de l\

Dany Boon lors de l'avant-première du film "Ils sont partout" au cinéma Gaumont Opéra à Paris, le 31 mai 2016.

1/2
© BestImage, Olivier Borde
A lire aussi

Fabien Gallet

En pleine promotion du film Radin!, Dany Boon est revenu sur ses débuts difficiles. Celui qui fait partie des comédiens les mieux payés du paysage cinématographique français a affirmé être un "ancien pauvre" dans une interview pour Sept à Huit sur TF1.

À l'affiche du film "Radin !", à paraître le 28 septembre 2016, dans lequel il interprète un homme plus qu'économe, Dany Boon est naturellement revenu sur son rapport à l'argent face aux caméras de l'émission Sept à Huit diffusée dimanche 11 septembre sur TF1. L'occasion d'apprendre que l'acteur qui multiplie aujourd'hui les succès au cinéma comptaient les centimes avant de compter les millions.

À la question "Vous êtes plutôt un ancien pauvre ou un nouveau riche ?", Dany Boon n'hésite pas une seule seconde : "Je pense que je suis plutôt un ancien pauvre (...) quand on a été pauvre longtemps, on le reste", estime l'humoriste de 50 ans originaire du nord de la France, avant d'expliquer : "J'ai toujours l'angoisse quand je donne une carte pour payer qu'elle ne passe pas. J'ai connu ces périodes où j'avais des cartes bleues, où j'invitais des gens et où on me disait : 'C'est refusé !'" Ces réflexes, même s'ils sont loin, l'acteur qui surfe sur la vague du succès, ne peut les effacer.

Humilié pour dix centimes

Outre quelques paiements refusés, Dany Boon a connu de bien pires humiliations. Au micro de TF1, il a livré une anecdote encore plus triste : "À l'époque, je faisais du mime automate dans la rue pour gagner ma vie. Les gens me donnaient des toutes petites pièces et quand j'allais à la boulangerie je payais avec plein de petites pièces. Et je prenais ma demi-baguette ou ma baguette, je posais les pièces et (la boulangère soupirait), se souvient-il. Un jour il manque 10 centimes (je fais mine de chercher) mais je sais que je n'ai pas. Et elle m'a dit 'ah ça va, allez, dégagez !'. Et elle me jette la baguette". Un terrible moment de solitude qui déclenche chez l'humoriste un vrai déclic : "Je me suis dit : 'Un jour, je rachèterai la boulangerie'". Si Dany Boon n'a pas acheté le commerce, il a tout de même pris sa revanche, puisque le succès lui sourit.

 
22 commentaires - Quand Dany Boon faisait la manche dans la rue
  • jprdom -

    J'espère qu'il est généreux avec les sdfs!!!!!!!

  • jom47 -

    On s'en fiche! Je crois savoir que depuis ça va un petit peu mieux pour lui !!!!

  • leturlupin -

    Qu'il arrête de faire pleurer dans les chaumières, pour promouvoir son film et gagner encore un peu plus. Les pauvres sont la majorité des français, et il y a aussi toutes proportions gardées des anciens pauvres parce qu'ils ont une vie meilleure que celle de leur parents qui se sont privés justement pour cela, ils ont travaillé, eut de la chance aussi et du talent dans leur boulot. Alors Dany silence, je vous rappelle mon maître à penser que hélas je n'écoute pas souvent : Esope

  • ARPINIERES -

    Associé aux médias, aux riches diasporas, il voudrait que le monde l'aime encore plus. Ben voyons !
    Qu'il fasse sa vie, - il ne me fait pas rire d'ailleurs - mais cette démarche voulue et inspirée par les médias, Orange aussi, c'est
    d'une nullité affligeante. Quand il était pauvre, il s'appelait comment ? Dites-le, orange ! qu'on pleure !
    A-t-il lu les misérables ?

  • LEFRIC -

    Maintenant qu'il est super riche il peut nous balancer n'importe quelle purée pour justifier son nouveau statut !!!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]