Quand les politiques s'essaient à Snapchat

Quand les politiques s'essaient à Snapchat

François Fillon, lors de son meeting à Lille, le 18 avril 2017.

A lire aussi

Jessica Rat

La campagne présidentielle prend un nouveau tournant sur les réseaux sociaux... Les candidats font dorénavant parler d'eux pour leur sens de l'auto-dérision sur Snapchat.

À quelques jours du scrutin national, tous les moyens sont bons pour remonter dans les sondages. Aussi, lorsqu'un réseau social particulièrement plébiscité par la jeune génération, Snapchat, s'immisce dans la campagne, les candidats se prêtent-ils volontiers au jeu. Depuis ce lundi 17 avril 2017, le média du petit fantôme interviewe, à sa façon, les présidentiables. Ces derniers répondent en effet aux questions des utilisateurs à travers de courtes vidéos accessibles pendant 24 heures seulement : c'est tout le concept du réseau social, éphémère. Sans compter les filtres...

Couronne de fleurs et tête de chien

Premier sur la liste, François Fillon a ainsi répondu à diverses questions plus ou moins sérieuses, dont une qui a particulièrement fait mouche. "Est-ce que vous pouvez nous montrer votre filtre Snapchat préféré ?"

Le candidat des Républicains est alors cherché une des ces images ou effets déformants que le réseau social propose d'ajouter aux publications photos ou vidéos. Et le résultat a été à la hauteur des espérances : le voilà flanqué d'une paire de lunettes rondes roses et bleues sur fond de disco.

Autant dire que l'exercice a servi de bel antécédent. Chaque candidat se voit depuis poser la même question. Ainsi Benoît Hamon s'affichait-il par la suite avec une couronne de fleurs sur la tête, puis Marine Le Pen avec un museau et des oreilles de chien... Reste à voir quels filtres choisiront les autres candidats !

 
1 commentaire - Quand les politiques s'essaient à Snapchat
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]