Roman Polanski : pas de compromis en vue avec les États-Unis

Chargement en cours
 Roman Polanski lors de la 21e édition de la "Forêt des livres" à Chanceaux-prés-Loches, le 28 août 2016.

Roman Polanski lors de la 21e édition de la "Forêt des livres" à Chanceaux-prés-Loches, le 28 août 2016.

1/2
© BestImage, Cédric Perrin
A lire aussi

Fabien Gallet

Roman Polanski souhaitait se rendre aux États-Unis sans se faire arrêter une fois la frontière passée. Malheureusement pour lui, la justice américaine a tranché en sa défaveur.

Mi-février 2017, Roman Polanski, par l'intermédiaire de son avocat, confiait son désir de retourner aux États-Unis afin de mettre fin, une bonne fois pour toute, à l'affaire de viol sur mineur dans laquelle il est impliqué depuis 1977. Le réalisateur franco-polonais de 83 ans exigeait cependant la garantie de ne pas être arrêté, une fois sur le territoire américain. Problème, la loi américaine ne pourra se plier aux volontés du réalisateur du film "Le Pianiste".

Un justiciable comme les autres

L'époux d'Emmanuelle Seigner a en effet dû faire face à un refus catégorique, révélé par le site américain TMZ le 1er mars dernier. Roman Polanski "ne peut pas dicter de loin tout en s'iso­lant de toute conséquence potentiellement négative", a effectivement expliqué le procureur. Malgré les efforts de son avocat, lequel a plaidé pour qu'il soit enfin reconnu que son client a bien purgé sa peine (42 jours de prison), le cinéaste sera traité comme un justiciable lambda.

S'il passe la frontière américaine, il sera donc arrêté et passera devant la justice, comme l'exige la loi. L'affaire Polanski est loin d'être terminée et ne manquera pas de faire couler encore beaucoup d'encre. Il y a quelques semaines, c'est un homme "profondément attristé" qui avait préféré renoncer à présider la 42e cérémonie des César.

 
8 commentaires - Roman Polanski : pas de compromis en vue avec les États-Unis
  • avatar
    dan51 -

    roman ou raymond doit retourner aux USA faire sa peine

  • avatar
    WhiteLion -

    Il n'a pas préféré renoncer à présider la 42e cérémonie des césar, il y a été contraint sous la pression des contestations à propos de ce choix.

  • avatar
    fred-bear -

    42 jours pour une ado bien fraîche, à ce tarif ça va succiter des vocations

  • avatar
    maloute -

    Elles ne risquent plus rien.....il ne bande plus.....

    avatar
    Jad2 -

    Essaye le tu vas être surpris.Un conseil change les rideaux il parait que c'est un dur.

  • avatar
    Jeandulo -

    Quand on fait du mal ça laisse des traces payer à la communauté n'efface pas ce qui a été fait !
    Quand on fait quelque chose il faut penser aux conséquences qui vont en découler et malheureusement actuellement avec la société que l'on a ça se vérifie très bien !

    Les femmes mères célibataires ou divorcées ou séparées avec un ou plusieurs enfants (certains appellent ça honteusement des poules pondeuses qui ne peuvent assurer seules correctement leur éducation!) ainsi que nos chers élus qui nous spolient à qui mieux mieux nos valeurs et nos richesses sans souci des conséquences que cela va induire !

    Alors qu'il fasse preuve de responsabilité et aille aux USA pour y être entendu par la justice le pognon n'a pas d'emprise sur l'honnêteté et le courage !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]