Serena Williams s'inquiète des bavures policières aux USA

Chargement en cours
 Serena Williams lors du gala de charité de la fondation Novak Djokovic à Milan, le 20 septembre 2016.

Serena Williams lors du gala de charité de la fondation Novak Djokovic à Milan, le 20 septembre 2016.

1/2
© BestImage, SGP
A lire aussi

Fabien Gallet

Suite aux récentes bavures policières qui ont ôté la vie à deux Noirs aux Etats-Unis, Serena Williams a exprimé ses craintes en terme de sécurité, dans un long message posté sur son compte Facebook. La championne de tennis ne compte donc pas rester "silencieuse".

Les Etats-Unis font actuellement face à un contexte de tensions raciales des plus importants, notamment suite aux meurtres de deux citoyens noirs, par des policiers, les 16 et 20 septembre 2016, à Tulsa et à Charlotte. Des bavures policières qu'ont dénoncé de nombreux sportifs américains à l'image du basketteur LeBron James ou du joueur de football US, Colin Kaepernick.

Mardi 27 septembre, c'est la tenniswoman Serena Williams qui s'est exprimée à ce sujet, rapportant sur sa page Facebook l'une de ses récentes expériences personnelles. "J'ai demandé à mon neveu de 18 ans (il est Noir, c'est un fait) de me conduire à des rendez-vous pour que je puisse travailler sur mon téléphone portable", a-t-elle expliqué, avant de continuer : "Au loin, j'ai vu un policier sur le côté de la route. J'ai rapidement vérifié si mon neveu respectait la limitation de vitesse. Je me suis souvenue de cette horrible vidéo d'une femme, passagère à l'avant d'une voiture, dont le copain avait été abattu par un policier." Une douloureuse référence à l'affaire Philando Castile, tué début juillet dernier.

"Je ne resterai pas silencieuse"

Repensant à cette vidéo, la sportive qui compte à son palmarès 22 titres du Grand Chelem s'est vite inquiétée. Pourtant, ni elle, ni son neveu, n'avaient quoi que ce soit à se reprocher. "Tout cela m'est passé par la tête en l'espace de quelques secondes. J'ai même regretté ne pas être au volant moi-même. Je n'aurais jamais pu me pardonner si quelque chose arrivait à mon neveu. Il est tellement innocent. Comme l'étaient 'les autres', a admit Serena Williams.

Cette sensation ressentie sur la route à la vue de la police, la numéro 2 mondiale ne se l'explique pas. "Pourquoi ai-je dû penser à cela en 2016 ? N'avons-nous pas vécu assez de choses, ouvert assez de portes et eu un impact dans la vie de milliards de personnes ?", s'est-elle demandée avant de poursuivre : "Mais je me suis rendu compte qu'on devait continuer à faire avancer les choses, ce n'est pas jusqu'où on est arrivé qui compte, mais ce qu'il nous reste encore à conquérir." Et la star des courts d'ajouter : "Je me suis demandée, aussi, pourquoi je ne m'étais pas encore exprimée, je me suis regardée dans un miroir, j'ai pensé à mes neveux, à si j'avais un fils ou des filles. Comme l'a dit Martin Luther King, 'Un moment arrive où le silence est une trahison.'" Serena Williams s'est finalement montrée ferme et prête à s'engager. "Je ne resterai pas silencieuse", a-t-elle conclu.

 
0 commentaire - Serena Williams s'inquiète des bavures policières aux USA
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]