Top 5 des plus belles bourdes des politiques

Chargement en cours
 Jean-François Copé lors d\

Jean-François Copé lors d'une conférence au siège de l'UMP à Paris, le 16 mai 2013.

1/3
© Abaca, Boe Romain
A lire aussi

Hélène Demarly

Sans cesse médiatisés, les hommes et femmes politiques ne sont évidemment pas parfaits et ils leur arrivent, plutôt deux fois qu'une, de faire des lapsus ou de se tromper. Retour sur cinq des plus belles boulettes de ces dernières années.

Un pain au chocolat ? 10 centimes, selon Jean-François Copé

C'est la dernière bourde en date. Interrogé, ce lundi 24 octobre, sur le prix du pain au chocolat dans les Lundis de la primaire d'Europe 1, Jean-François Copé, candidat chez Les Républicains a répondu : "Aux alentours de 10 ou 15 centimes". Soit un prix divisé par dix, puisqu'en boulangerie, son coût réel se situe entre 1 euro et 1,50 euro.

Rachida Dati confond inflation et fellation

Interviewée par Anne-Sophie Lapix dans l'émission Dimanche +, l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati a fait un lapsus plutôt drôle : "Quand je vois certains qui réclament une rentabilité à 20-25%, avec une fellation quasi nulle, et , en particulier en période crise, ça veut dire qu'on casse les entreprises," et de continuer imperturbable à prendre la défense des salariés grévistes de Lejaby.

Myriam El Khomri se trompe sur le renouvellement du CDD

Sur le plateau de BFMTV en novembre 2015, Jean-Jacques Bourdin interroge Myriam El Khomri, alors en pleine tourmente avec la loi travail, sur le nombre de renouvellements possibles du CDD : "trois fois", puis "plusieurs fois", répond-elle. Alors qu'il n'est possible de renouveler ce type de contrat que deux fois. Une erreur qui passe mal, surtout quand on est ministre du Travail.

Nathalie Kosciusko-Morizet pense qu'un ticket de métro vaut à 4 euros

En 2012, Nathalie Kosciusko-Morizet est porte-parole de Nicolas Sarkozy. Interviewée sur Europe 1 par le journaliste Nicolas Poincaré, celui-ci lui demande combien coûte un ticket de métro. Après hésitation, l'ancienne ministre des Transports répond : "quatre euros et quelques", alors qu'en réalité celui-ci coûtait à Paris 1,70 euro à l'époque.

Fleur Pellerin n'a pas le temps de lire, et encore moins du Modiano

Invitée sur Canal+, dans l'émission LeSupplément du dimanche 26 octobre 2014, la ministre de la Culture de l'époque évoque sa "rencontre merveilleuse" avec Patrick Modiano, qui vient de recevoir le prix Nobel de littérature. Problème, Fleur Pellerin est ensuite bien incapable de citer un seul livre de l'auteur français, avouant ne pas avoir le temps de lire : "Depuis deux ans, je lis beaucoup de notes, de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP, mais je lis très peu." Une franchise qui lui vaudra de nombreuses railleries de la part des médias, même à l'étranger.

 
0 commentaire - Top 5 des plus belles bourdes des politiques
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]