Valérie Trierweiler : "On me disait que je n'étais pas première dame"

Valérie Trierweiler : "On me disait que je n'étais pas première dame"

Valérie Trierweiler lors d'une soirée caritative organisée par Le Secours populaire à Paris, le 24 mars 2017.

A lire aussi

Justine Fiordelli

En pleine promotion de son nouveau livre "Le Secret d'Adèle", Valérie Trierweiler a profité d'une interview accordée au Point pour revenir sur son expérience à l'Élysée.

Si l'ancienne compagne de François Hollande avoue avoir renoué des liens avec l'ex-Président en admettant l'avoir "revu", elle se souvient dans les moindres détails des nombreuses lettres anonymes qu'elle recevait à l'époque (en 2012), à l'Élysée. "Les premières lettres sont arrivées pendant la campagne électorale. Et une fois à l'Élysée, on me disait que je n'étais pas première dame, parce que je n'étais pas mariée", a-t-elle confié à l'hebdomadaire, avant de soupirer : "Entendre cela en 2012 !"

Nouveau roman pour une nouvelle vie ?

Cinq ans après, Valérie Trierweiler explique en avoir assez d'être sans cesse interrogée sur son passage à l'Élysée : "Cette période représente 20 mois sur 52 ans de ma vie. J'en ai assez qu'on me ramène à ces 20 mois en permanence. Je vois cette période comme une parenthèse. Il n'y a pas de nostalgie. J'ai fait un livre il y a deux ans et demi, j'ai tout dit là-dessus." Son nouveau roman disponible en librairie marque d'ailleurs pour elle un "vrai passage" : "Il m'a permis de réaliser un rêve. Je n'aurais jamais imaginé d'écrire un jour un roman, cela me paraissait complètement inaccessible."

Et de conclure, concernant la campagne qu'elle vécut en 2012 : "On ne mesure pas la violence d'une campagne. C'est du 24 heures sur 24. On croit savoir. Mais toutes les rumeurs, toutes ces attaques qui viennent de l'intérieur... Tout cela est d'une grande violence." Voilà qui est dit.

 
42 commentaires - Valérie Trierweiler : "On me disait que je n'étais pas première dame"
  • caboulot -

    Bien sûr que non elle n'était pas la 1ère dame. Elle était un parasite qui a vécue au crochets des contribuables français. Elle devrait rembourser les dégâts occasionnés dans le bureau de flamby (plusieurs millers d'euros) quand elle a appris son cocufiage.
    La suivante ne valait pas mieux. Quelle honte que le locataire de l'Elysée n'ait pas mieux maîtrisé ses pulsions.

  • lafatiguemidi -

    IL N'Y A RIEN DE FLATTEUR DANS VOTRE PASSAGE À L'ELYSÉE DONT VOUS AVEZ UNE NOSTALGIE CERTAINE,

    D'AILLEURS ,EN UN AUTRE TEMPS ON AURAIT DIT :" LA P....DU PRÉSIDENT.

    signaler au modérateur

  • lafatiguemidi -

    IL N'Y A RIEN DE FLATTEUR DANS VOTRE PASSAGE À L'ELYSÉE DONT VOUS AVEZ UNE NOSTALGIE CERTAINE,

    D'AILLEURS ,EN UN AUTRE TEMPS ON AURAIT DIT :" LA P....DU PRÉSIDENT.

  • bibi1955 -

    Oh oui pas de première dame pour vous , fallait déjà vous marier avec flamby, et vos twitts n'ont rien arrangés ....bref cette parenthèse malheureuse pour vous l'était aussi pour le peuple français pfffffffffff passez votre chemin et faites vous très petite ....

  • maloute -

    derniere dame oui ! et dame de pique

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]