Victoria Abril : pourquoi son père "est mort deux fois" ?

Chargement en cours
 Victoria Abril, en marge du 26e Festival de Carthage, en novembre 2015.

Victoria Abril, en marge du 26e Festival de Carthage, en novembre 2015.

1/2
© Abaca, Nicolas Fauque
A lire aussi

Fabien Gallet

C'est un secret qui lui a longtemps été caché. Invitée sur le plateau de l'émission Salut les Terriens, Victoria Abril s'est souvenue du jour où elle a appris que son père était toujours vivant alors que, pendant des années, sa famille lui avait fait croire que ce dernier était décédé.

Ce n'est pas l'une des intrigues issues d'un épisode de Clem. L'interprète de Caroline Boissier dans la série dont la sixième saison est actuellement diffusée sur TF1, a partagé l'un de ses plus gros secrets de famille. Samedi 02 avril, dans l'émission de Canal +, l'actrice espagnole a été interrogée par l'homme en noir sur ses parents. "Votre mère était fille de salle dans un hôpital et votre père était mort", a d'abord expliqué Thierry Ardisson face caméra avant d'ajouter avec une petite part de mystère : "Enfin c'est ce qu'on vous a raconté".

En effet, convaincue que son papa était décédé, Victoria Abril va apprendre une nouvelle qui va changer sa vie. "Un jour, sur son lit de mort, poursuit l'animateur, votre grand-mère lâche le morceau. Elle dit : 'Ton père n'est pas mort, il vit toujours, il est ingénieur à Madrid et il est remarié'". Une annonce qui a de quoi bouleverser la belle brune de 56 ans.

Malheureusement, lorsque la comédienne parvient finalement à retrouver la trace de ce papa absent, ce dernier vient de décéder : "Le jour où vous le retrouvez, il est mort pour de vrai ! C'est incroyable, il vient de mourir !". Confirmation de la principale intéressée qui lance alors : "Oui, deux fois, il est mort deux fois !".

Victoria Abril se consolera avec une petite photo de son père : "Ça m'a pris une demi-heure à le découvrir petit à petit, confie-t-elle. Parce que tu sais, quand tu vois ton père d'un coup... Normalement t'as la vie pour t'habituer à sa gueule et à l'aimer. Mais là, quand tu le vois d'un coup, je me suis dit : 'Il faut que ça dure, il faut que j'y aille petit à petit, pour voir ses couleurs, sa peau, son front, ses sourcils, ses yeux, son nez...'". Et la muse de Pedro Almodovar de conclure : "Il n'y a que le nez qui me ressemble".

 
0 commentaire - Victoria Abril : pourquoi son père "est mort deux fois" ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]