Quelle contraception pour moi ?

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

La pilule, le préservatif, le stérilet... Les choix ne manquent pas en matière de contraception. Que vous soyez organisée, tête en l'air ou que vous n'ayez pas peur des méthodes les plus inédites, une contraception est forcément faite pour vous !

Pour les femmes organisées

> La pilule, à ne pas oublier ! C'est une méthode très efficace, à 99%. Mais la prise de pilule doit se faire tous les jours, de préférence à la même heure, ce qui peut être contraignant sur le long terme. L'oublier, même une seule fois, peut mettre en péril votre protection contre une grossesse non désirée. C'est donc une méthode de contraception à utiliser si vous êtes organisée, que vous menez une vie bien réglée et que vous vous trouvez dans une relation de confiance, la pilule ne protégeant pas des MST ou IST.

> Le patch : attention, décollement ! Comme la pilule, le patch est très efficace mais peut vous jouer des tours en se décollant. Mieux vaut rester vigilante et régulièrement surveiller son timbre collant. Mais l'avantage de cette méthode, c'est que, contrairement à la pilule, le patch est un accessoire visible, qu'on oublie difficilement de remplacer (toutes les quatre semaines).

> L'anneau vaginal : prévoyez un calendrier. Cette technique est pratique pour celles qui n'ont pas peur de se perdre dans les dates. L'anneau, qui doit être inséré le plus profondément possible dans le vagin, doit rester trois semaines en place, être retiré une semaine durant laquelle des règles vont apparaître, avant d'être finalement remplacé par un nouvel anneau. La sensation de gêne, qui peut se faire sentir lors des rapports sexuels, peut être un gros point négatif de cette technique, qui n'est pas non plus remboursée par la sécurité sociale.

> Le préservatif masculin, à bien utiliser. Avec la pilule, c'est la méthode contraceptive la plus répandue, mais pas forcément la plus adaptée. Car si le préservatif masculin protège des MST et des IST, ainsi que des grossesses non désirées, une mauvaise utilisation peut se révéler dangereuse. Nombreux sont les préservatifs qui craquent lors de rapports sexuels un peu trop enthousiastes. En moyenne, le préservatif ne protège qu'à 98%... Le mieux est donc de combiner le préservatif à une autre méthode de contraception et de bien suivre les instructions pour le poser. Par exemple, n'oubliez pas de pincer le réservoir afin d'en chasser l'air, pour une meilleure résistance.

Pour les têtes en l'air

> Le stérilet ou "dispositif intra-utérin" : cinq ans de parenthèse. Une fois le stérilet posé, vous pouvez être tranquille durant environ cinq ans. Confortable, cette méthode est également peu contraignante pour les femmes qui ne veulent pas s'attarder sur ce sujet. Reste à choisir le type de stérilet : le DIU (dispositif intra-utérin) au cuivre, ou le DIU hormonal, préférable si vous avez des règles douloureuses. Le stérilet peut être placé lors d'une simple consultation chez le médecin ou chez un gynécologue. Cette technique, d'ordinaire peu conseillée aux femmes n'ayant pas eu d'enfant, est pourtant sans risque. Contrairement à sa réputation, ce contraceptif ne provoque pas de stérilité. N'hésitez donc pas à la suggérer à votre médecin.

> L'implant : attention aux effets secondaires. L'implant est une méthode efficace à 99.9%. Cela peut faire rêver. Surtout que, contrairement à la pilule ou même au patch, l'implant ne nécessite pas que vous y pensiez durant 3 ans. Placé sous la peau du bras lors d'une visite chez le médecin ou chez un gynécologue compétent, il est facile à retirer une fois que l'on doit en changer. Seul inconvénient, de taille, cette méthode peut provoquer de l'acné et une prise de poids importante. Elle s'adresse à des femmes qui n'ont pas peur d'éventuels kilos en trop...

Pour les aventurières

> Injections progestatives : la plus rentable. Phobiques de la seringue, s'abstenir. Pour cette méthode, comptez sur une piqûre intramusculaire environ toutes les douze semaines, chez votre médecin traitant ou votre gynécologue. Mais le jeu en vaut peut-être la chandelle. L'efficacité de cette contraception frise les 99% et ne coûte quasiment rien, environ 3,33 euros la dose pour trois mois, remboursée à 65% par la sécurité sociale. Malgré tout, les inconvénients existent bel et bien : prise de poids et troubles des règles sont à prévoir.

> Cape cervicale et diaphragme : manipulations en perspective. D'après les chiffres, le diaphragme est légèrement plus efficace que la cape. Mais leur principe d'insertion reste le même : tous les deux peuvent être posés au maximum deux heures avant chaque rapport sexuel, et doivent être retirés 24 heures après au plus tard. Tout comme pour l'anneau, cette technique est adaptée aux femmes pour qui l'insertion d'un objet dans leur vagin n'est pas rédhibitoire...

> Le préservatif féminin : pour mieux contrôler. Moins efficace que le préservatif masculin, le préservatif féminin a cependant certains avantages. Il peut être placé dans le vagin plusieurs heures avant le rapport sexuel, et protège des IST et MST, en plus d'une grossesse non désirée. Le préservatif féminin peut être un allié de taille pour toute femme dont le partenaire ne souhaite pas se protéger avec un préservatif masculin. Malgré tout, cette méthode est peu confortable, et l'effet "sac plastique" peut être redouté lors des rapports sexuels.

> Le spermicide : si vous n'avez rien d'autre sous la main. Le spermicide se présente soit sous forme de gel, soit sous forme d'ovule à insérer au fond du vagin. L'efficacité du spermicide n'est pas totale, loin de là : il y a, en moyenne, 18% d'échecs recensés. Cette méthode arrive même après la technique naturelle du coït interrompu (4% d'échecs) ! Et surtout, la durée des effets contraceptifs est très variable. Les ovules ont une action d'une heure, ne permettant pas de prévoir une longue nuit torride avec son partenaire. Les crèmes, elles, peuvent avoir un effet de huit heures. Mais dans les deux cas, dans les heures qui suivent l'application du spermicide, les douches ne sont pas conseillées. Les savons peuvent neutraliser les effets de la crème contraceptive... L'avantage de cette méthode ? Elle est disponible sans ordonnance.

 
0 commentaire - Quelle contraception pour moi ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]