Comment monter sa boîte ?

Comment monter sa boîte ?

Création d'entreprise : comment oser se lancer ?

A lire aussi

Hélène Demarly

Vous avez une idée géniale et souhaitez monter votre propre entreprise ? Mais comment vous lancer sans vous tromper ? Voici cinq conseils à suivre pour enfin sauter le pas et réaliser votre rêve.

Conseil n°1 : avoir un business plan solide

Pas question de se lancer dans un projet tête baissée. Pour le réaliser, entourez-vous d'experts et montez un dossier solide et réfléchi qui vous permettra de vous projeter. Vous devez pouvoir, de façon très précise avoir une idée de votre produit, de l'état du marché sur lequel vous allez le vendre, et de comment vous allez rendre votre entreprise rentable. Parlez-en à vos proches, renseignez-vous sur vos concurrents et leurs méthodes de travail, rencontrez des gens qui eux aussi ont monté leur entreprise pour entendre leurs conseils. Définissez exactement ce dont vous avez besoin, votre budget et vos objectifs.

Conseil n°2 : économiser avant de se lancer

Il vous faut obligatoirement un matelas de sécurité financier sur lequel vous appuyer en cas de problème. En plus d'un prêt à la banque, vous pouvez également vous lancer dans une collecte de crowdfunding. Il s'agit d'une récolte d'argent via une plateforme Internet − comme Ulule, KissKissBankBank ou Kickstarter. Cela ne vous engage en rien financièrement, seulement à tenter de fédérer une communauté autour de votre projet. Une fois qu'il est lancé, pensez à le partager au maximum autour de vous : famille, amis, amis d'amis, réseaux sociaux... Pour gagner en visibilité et toucher le plus de gens possible.

Conseil n°3 : savoir profiter des aides

La France propose de nombreuses aides à la création d'entreprise. Présentes dans de nombreux domaines, vous pouvez y prétendre tout au long des différentes étapes, ne les laissez pas filer ! Il y a notamment le fonds de garantie à l'initiative des femmes (FGIF), qui permet plus facilement d'obtenir un prêt bancaire pour se lancer. Pour votre business plan également, pas besoin de débourser un centime. Plusieurs établissements publics ou associatifs proposent leur aide gratuitement.

Conseil n°4 : connaître les réseaux d'entraide

Il y a notamment RACINES (réseau d'Accompagnement des Créations et Initiatives), qui aide les femmes à créer et développer leur entreprise, ou Action'elles qui accompagne les futures entrepreneures en les faisant rentrer dans un important réseau de femmes chefs d'entreprises. Il existe aussi de plus en plus de pépinières ou d'incubateurs qui peuvent aider dans tout ce qui est logistique, en vous fournissant à moindre coup un bureau mais aussi une ligne téléphonique et une domiciliation d'entreprise. N'hésitez pas non plus à tenter les nombreux concours d'entrepreneuriat qui permettent de gagner de l'argent pour débuter votre activité.

Conseil n°5 : se faire confiance et foncer

Bien que la création d'entreprise prenne du temps et qu'il ne faille pas brûler d'étapes, lorsque le projet est prêt, il faut oser se lancer. Si vous savez que votre idée n'est pas seulement une passion passagère mais que vous avez réellement envie d'en faire votre métier et, qu'en plus, un marché existe pour vendre votre concept ou votre produit, allez-y ! Encore aujourd'hui, environ 30% seulement des créations d'entreprises sont faites par des femmes (source : ministère du Droit des femmes), alors ayez de l'audace, n'ayez pas peur de vous tromper et imposez-vous !

 
5 commentaires - Comment monter sa boîte ?
  • avatar
    seigneur69 -

    J'ai connu plusieurs personnes qui ont monté ou repris une boîte (SA /SARL) , faut pas oublier qu'il faut bosser comme un chien,
    oubliez les 35heures et les WE. Enfin si quand ca marche le résultat est à la hauteur. Rien ne sert de se lancer, si vous en vous investissez pas à fond ou alors ca marchotera.
    On devrait ajouter aussi bien choisir son statut juridique : SA, SARL, EURL ....

  • avatar
    lucid -

    Beaucoup de politiques en ont rêvé depuis Raymond Barre.
    Tous les Français en âge de produire en micro-entreprises. Plus de salariés, plus de syndicats.
    Que des patrons libres et responsables de leur destin. Plus de soucis pour les états, plus de pôle emploi, plus d'indemnités chômage. Tu es patron, alors article 22 : ''Débrouille toi comme tu peux!''.
    Plus de règlementation non plus! La loi du plus fort!. Puis la loi du talion :''Oeil pour oeil, dent pour dent!''.
    On est en pleine régression. On retourne à la calebasse.
    On peut avoir une idée de l'infini en considérant la bêtise humaine.
    Et comme disait Michel Audiard : ''Les cons sont capables de tout. C'est même à çà qu'on les reconnait!''.

    avatar
    catpat -

    une micro entreprise NE SURTOUT FAIRE CELA pas de retraite pas de ss etc....

    avatar
    poil2plume -

    La micro-entreprise ? Aucune idée. Je suis autoentrepreneur, je cotise pour la sécu, la retraite, une caisse complémentaire et les impôts sont prélevés à la source, ce qui fait environ 25% de cotisations à payer. Ce système est très souple car vous ne calculez pas la TVA (vous êtes exonéré) mais il comporte 2 inconvénients majeurs : vous ne cotisez pas pour le chômage et votre chiffre d'affaire ne doit pas dépasser 32 500 euros brut par an, sinon vous tombez dans la rubrique PME ou SARL, et là, on ne rigole plus.
    Pour le moment, l'autoentreprise reste pour moi la meilleure solution (je travaille pour des sites Internet). Mes clients sont excellents et bons payeurs et mon secteur d'activité est assez demandé, donc...
    Quoi que vous fassiez, vous prenez des risques, que vous soyez salarié ou à votre compte.

    avatar
    Jean-Louis1 -

    Poil2plume a tout compris, il bosse, il ne dépend pas d'un patron ou d'un chef....
    Il vit de son travail, on est moins aigri que les anti tout...
    Un artisan ne doit pas dépasser 32500 € , un commerçant 82500 €......
    C'est le plus important sinon vous serez taxés par le RSI, les comptables, la TVA, et toutes les formalités....

  • avatar
    biquet61 -

    Attention à ne pas suivre les conseils particulièrement dangereux de "Jean-Louis 1"...!
    Vous risquez de vous retrouver comme 3 nouvelles entreprises sur 5 à fermer boutique avant la 3ème année...!
    Est-ce Monsieur Jean-Louis qui va calculer pour vous le montant des cotisations avec les rattrapages obligatoires sur les années n-1 et n-2...?
    Non bien sur...! Et ce n'est pas lui qui risque "gros"...Il est "conseilleur"..., mais pas "Payeur"...!
    Faites confiance aux professionnels des Chambres de Métiers, de Commerce et d'Industrie, d'Agriculture..., faites aussi confiance aux Expert Comptables..., même s'ils coûtent "un peu" cher..., ils sont le garant de la bonne santé de votre future entreprise...!

    avatar
    Procurator -

    Evidemment !

    avatar
    Jean-Louis1 -

    Un autoentrepreneur déclare ses recettes tous les trimestres et paie sa cotisation qui est un pourcentage de la somme déclarée.....
    Il n'y aura ni rattrapage si vous ne dépassez pas les seuils....
    Vous n'avez rien d'autre à payer......

    avatar
    poil2plume -

    Biquet, le gros pb avec ces 3 entrepreneurs sur 5 qui se cassent la figure, c'est qu'ils montent souvent une affaire farfelue, ne maîtrisent pas leur comptabilité et font un peu n'importe quoi. Quand vous avez le statut d'entrepreneur, vous devez obligatoirement suivre une formation de quelques jours à la Chambre de Commerce de votre région. En dépit de cela, des tas de petites entreprises coulent...
    Dans mon cas de figure, l'autoentreprise m'a été imposée du temps où j'étais salariée (oui, je suis une femme !) parce que les prestations demandées par des employeurs n'entraient pas dans le cadre du salariat classique. J'ai donc demandé un n° SIRET et informé l'URSSAF de ma nouvelle situation, c'est tout. Le fait d'être obligé de payer les cotisations tous les trimestres a ses avantages : on doit prévoir et mettre de côté pour régler les sommes avant l'échéance. Je n'ai jamais regretté cette initiative. Je suis mon propre chef, je gère ma vie comme je l'entends, mais parfois, je bosse aussi le dimanche (quand un client a besoin d'une prestation urgente).
    Que l'on soit entrepreneur ou autoentrepreneur, il ne faut en définitive qu'une chose : mettre une compétence au service d'une demande existante. Trop de Français vivent encore sous une dépendance archaïque qui n'a plus lieu d'être. Partout ailleurs en Europe, des couples et des célibataires sont autoentrepreneurs et ne connaissent pas la crise. Ils sont souples, adaptables et maîtrisent au moins une langue étrangère (impératif !). En France, notre nouvelle Miss Univers ne parle même pas l'anglais. C'est pourtant une femme intelligente. Il y a là un gros problème.

  • avatar
    Jean-Louis1 -

    Si vous avez des compétences, des connaissances , de l'intérêt pour une activité.....Si vous désirez vivre de votre travail, créer une petite entreprise, sous le statut d' auto entrepreneur ......Vous pouvez vous passer du comptable, de l'expert, des conseillers....
    Des formalités simplifiées, sans frais, il vous faudrait surtout ne pas dépasser les seuils du chiffre d'affaires pour ne pas basculer au RSI FORFAITAIRE......
    Vous paierez un % sur vos recettes, ni plus ni moins.....
    Pas de TVA, pas de RSI, pas de comptable, pas de caisse règlementée......

    avatar
    leturlupin -

    et vous pourrez frauder sans grands risques

  • avatar
    leturlupin -

    Quel tissu de bêtises, allez plutôt voir les chambres des métiers et de commerce et un bon expert-comptable dont le métier est justement de conseiller les créateurs d'entreprise, il a l'expérience de cela. Donc inutile de mander à votre concierge son avis ce n'est pas son métier.

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Vous avez certainement raison ! je ne suis pas concernée , puisque à la retraite ; ma prochaine et dernière boîte , ce n'est pas moi qui la créerai !

    avatar
    biquet61 -

    Enfin quelqu'un qui parle de bon sens..., j'ai passé toute ma vie professionnelle dans les Compagnies Consulaires à conseiller, aider et former les artisans et les commerçants..., ça me choque énormément de ne pas voir les informations concernant ces institutions dans un sujet aussi important que la création d'entreprise...
    Mais c'est normal, dans une période où tout le monde fait n'importe quoi...!

    avatar
    langouste -

    lolotte tu aurais pu me rejoindre au salon de l'habitat .
    le bon toit pour tous .

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Langouste , bah , j'y avais pas pensé !
    mais tu sais , pour ma dernière boîte , tant pis si il n'y a pas de chauffage et si le toit a quelques gouttières !

    avatar
    LOLOTTE33 -

    bouklubrik
    Le diable quand on l'a tiré par la queue , on n'a pas envie de le retrouver en enfer au milieu des flammes !
    Mais , je respecte votre choix et comme l'a suggéré un internaute un jour , pour mettre un peu d'ambiance , pensez à vous munir d'un sac de 25 kg , de maïs à pop corn , ça fera son effet !

    avatar
    loulili -

    j'crois que avant la mise en bière.......j'vais m'en resservir une !!........a la votre !!............. santé les amis !!
    P'apiKanter............tous ceux......... qui partirons avant !!

    avatar
    langouste -

    je trinque avec toi api avec une mort subite !!

    avatar
    LOLOTTE33 -

    À la vôtre les amis , langouste , j'aime pas la bière , alors ce sera un p'tit coup de vendanges tardives d'Alsace !

    avatar
    loulili -

    j'comprend bien langouste !! c'est plus facile que avec une mortsurledos..........surtout pour refermer le couvercle !! :):)
    P'apiBali Balo.....dans son cercueil...............!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]