L'Observatoire départemental des violences envers les femmes mobilisé !

Chargement en cours
1/2
© DR, Conseil général de la Seine-Saint-Denis
A lire aussi

Purepeople

Le 25 novembre prochain aura lieu la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Créé en 2002 par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, l'Observatoire départemental des violences envers les femmes diffuse, pour l'occasion, un court-métrage de fiction intitulé Ligne de Protection. Son but ? Montrer que l'on peut agir contre ce fléau et mettre en avant le téléphone portable d'alerte, un dispositif de secours pour les femmes en très grand danger qui s'étend aujourd'hui à toute la France.

Ligne de Protection : un court-métrage de sensibilisation aux violences faites aux femmes

Diffusé à partir du 25 novembre sur le site du Conseil général de la Seine-Saint-Denis (http://www.seine-saint-denis.fr/Ligne-de-protection), le court-métrage Ligne de Protection vise à sensibiliser le grand public sur le dispositif du portable d'alerte visant à protéger les femmes en très grand danger. Réalisée par Virginie Kahn, cette campagne vidéo réunit cinq acteurs et met en scène l'histoire d'Inès, une femme en très grand danger face à la sortie de prison de Paul, son ex-mari qui a déjà tenté de la tuer.

Terrorisée à l'idée de le retrouver, elle croit l'avoir aperçu dans la voiture qui la suit. Mais c'est en réalité devant son domicile qu'il l'attend, bien décidé à l'agresser et la violenter. Heureusement, le téléphone portable d'alerte que lui a remis la justice va lui sauver la vie en faisant intervenir rapidement les forces de police.

Les deux rôles principaux sont incarnés par Sophie Dumont (Inès) et Edouard Rouland (Paul) sur un scénario efficace dont le but est ici de mettre en avant le dispositif de téléphone portable d'alerte pour aider les femmes en grand danger, victimes de violences. Mieux protéger est désormais possible !

Le téléphone portable d'alerte : principe et fonctionnement

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi suite aux violences de son compagnon, conjoint, concubin, petit ami ou ex. Des chiffres alarmants suite auxquels l'Observatoire départemental des violences envers les femmes a souhaité mettre l'accent sur la dangerosité des hommes violents et la nécessité de mieux protéger les femmes victimes de violences. Pour ce faire un outil a été créé : le téléphone portable d'alerte.

Mis en place en 2009 et après avoir été expérimenté pendant cinq ans en Seine-Saint-Denis, il est aujourd'hui généralisé à la France entière par la Loi du 4 août 2014 sur l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. Remis par le ou la Procureur(e) de la République, le téléphone contient un bouton d'appel d'urgence préprogrammé qui permet aux femmes victimes de violence et qui se sentent en danger, d'être directement mises en relation avec un téléassistant de Mondial Assistance. Une fois en ligne, ce dernier peut faire intervenir au plus vite les forces de l'ordre en cas de danger jugé inquiétant.

Depuis sa création, Stéphane Roussel (président du Conseil général de la Seine-Saint-Denis) explique que le téléphone portable d'alerte "a permis à de sauver des vies et d'empêcher que des femmes soient à nouveau gravement agressées".

Observatoire : des missions importantes !

Créé en 2002 par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, l'Observatoire départemental des violences envers les femmes développe aujourd'hui quatre grandes missions principales : observer les violences faites aux femmes, inventer des outils efficaces et innovants, s'inspirer des législations du monde entier afin de partager les bonnes pratiques, et surtout développer les partenariats pour faire changer les mentalités.

 
0 commentaire - L'Observatoire départemental des violences envers les femmes mobilisé !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]