Le wardrobing : est-ce illégal ?

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Avec la crise, de nombreuses femmes sont tentées par cette pratique, encore moyennement connue et pas vraiment soumise à la législation française : le "wardrobing". Derrière ce nom barbare, se cache la contraction de wardrobe (garde-robe en anglais) et rob, qui signifie voler. Découvrez ce concept, et surtout les risques que chaque wardrober encoure.

Le wardrobing

Il s'agit d'acheter un vêtement, de préférence cher, de le porter une soirée ou plus, et de le ramener à la boutique afin de se faire rembourser. Pour certains, c'est un moyen idéal de posséder une garde-robe au dessus de ses moyens, de changer de tenue très régulièrement, pour un coût relativement minime. Évidemment, le mieux, pour réussir à se faire rembourser, est de ne pas couper l'étiquette...

Illégal ?

Il est difficile de prouver qu'un vêtement a été porté, donc la loi ne dit pas grand-chose à ce sujet. Le risque est surtout que la boutique en question ne souhaite pas effectuer de remboursement, soupçonnant la manigance, et qu'elle vous interdise de revenir dans son enseigne.

Dangereux

La politique plus laxiste des magasins pour le remboursement est arrivé avec la crise : il était possible de ramener un élément même porté ! Mais, si le wardrobing semble anodin, il s'agit d'une fraude, qui peut avoir un impact négatif sur l'industrie si elle se démocratise. Les magasins vont, à terme, devoir durcir leur politique de remboursement, ce qui portera préjudice aux acheteurs plus honnêtes.

La chaîne américaine Bloomingdales a déjà sévi, en disposant des étiquettes plastiques sur leurs vêtements à plus de 150 dollars, difficiles à dissimuler pour une soirée. Lorsqu'un client demande un remboursement et que l'étiquette, appelée "b-tag", a disparu, il n'obtiendra pas satisfaction...

D'autres solutions

Plutôt que d'acheter un vêtement pour le ramener par la suite, ce qui au-delà de toute considération morale est extrêmement contraignant (comment ne pas tacher sa pièce lors d'une soirée arrosée, par exemple ?), il existe des sites Internet qui proposent des produits de luxe à des tarifs défiant toute concurrence. Ces rabais vont parfois jusqu'à -75% et sont tout à fait légaux !

Pour varier les plaisirs vestimentaires, pourquoi ne pas effectuer régulièrement des vide-dressings avec ses copines, revendant les accessoires ou vêtements qu'on ne porte plus à son entourage ? Sans oublier l'échange de vestes, sacs et chaussures, qui peut s'avérer aussi très malin !

 
0 commentaire - Le wardrobing : est-ce illégal ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]