Participer à un essai clinique : une expérience à ne pas prendre à la légère

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Faire avancer la recherche, cela peut donner envie à des personnes qui sont prêtes à donner de leur personne. Cela peut aussi être tentant, pour obtenir de l'argent de poche de façon rapide. Malgré tout, participer à des essais cliniques n'est pas une expérience facile, qui ne peut être uniquement conditionnée par un aspect lucratif.

Qui peut y participer ?

Tout le monde peut potentiellement faire partie d'un essai clinique. Malgré tout, à chaque essai, ce sont certains types de personnes qui sont recherchées : il existe des critères d'inclusion et d'exclusion. Certains antécédents médicaux peuvent vous empêcher d'être sélectionné, ou au contraire peuvent être indispensables pour participer à certains essais. L'âge et le sexe sont également des éléments déterminants.

Volontariat

Pour participer à des essais clinique, il faut "postuler", sur la base du volontariat, et donner son consentement, en étant bien au courant du test subi. Le consentement est considéré comme éclairé quand le participant a reçu toutes les informations nécessaires de la part du médecin investigateur. Le patient doit être au courant des objectifs, des bénéfices attendus de cet essai, des risques, des contraintes, de la prise en charge médicale s'il y en a besoin, de la possibilité ou non de participer à un autre essai en parallèle. Tout cela doit figurer sur un formulaire, que doit signer le volontaire.

Protection

Les volontaires sont protégés par la loi. Ils ont le droit d'arrêter leur participation à l'essai clinique quand ils le souhaitent, et ne risquent pas d'être poursuivis. Ils doivent être mis au courant de leur état de santé à la suite des tests subis et doivent également être tenus au courant des résultats finaux des essais cliniques auxquels ils ont participé.

Rémunération

Tout dépend du test. La rémunération peut varier de 150 euros à 4 500 euros selon l'implication et les contraintes présentes durant l'essai. Parfois, de longues hospitalisations sont à prévoir, et cette somme compense la prise de risques du volontaire.

Dangereux

Même si tout est très bien encadré, participer à un essai clinique n'est pas une partie de plaisir. Il est possible de subir des effets secondaires, bénins ou plus graves. Il est nécessaire de bien se renseigner avant de se lancer dans cette expérience.

À qui s'adresser

Pour participer à des essais cliniques, il est nécessaire de s'adresser à l'Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et à ses centres d'investigation clinique. Le site Notre Recherche Clinique répertorie les alertes de l'Inserm, du Cengeps (Centre National de Gestion des Essais de Produits de Santé) et des laboratoires pharmaceutiques.

 
0 commentaire - Participer à un essai clinique : une expérience à ne pas prendre à la légère
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]