Pique-nique en ville : tout n'est pas possible !

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

Avec le beau temps, l'envie de profiter des espaces publics pour se préparer un bon pique-nique est forcément présente. Au menu : aliments faciles à déguster et un peu d'alcool. Pourtant, dans certaines villes, il n'est pas possible de boire de l'alcool en extérieur. Petit tour d'horizon des villes les plus strictes, où toute excentricité estivale n'est pas possible.

L'état d'ébriété interdit

Ce n'est pas nouveau : l'ivresse publique et manifeste (appelée IPM) est une infraction depuis 1873. Il est donc déconseillé de faire un pique-nique bien trop arrosé et de tituber ensuite dans les rues, sous peine de pouvoir être arrêté par des patrouilles de police aux alentours. La loi est stricte à ce sujet : une personne trouvée en état d'ivresse dans les rues, chemins, places, cafés, cabarets ou autres lieux publics est, par mesure de police, conduite à ses frais au poste le plus proche ou dans une chambre de sûreté, pour y être retenue jusqu'à ce qu'elle ait recouvré la raison. La cellule de dégrisement peut intervenir pour calmer tout individu surexcité par l'alcool. Une contravention peut être envisagée quand l'ivresse publique est également manifeste.

La simple consommation dans la rue interdite

À cette loi claire, peuvent s'ajouter des arrêtés pris au cas par cas par les maires ou les préfets. Ces derniers peuvent décider qu'il n'est pas possible de boire de l'alcool dans les lieux publics, tout simplement, même s'il n'y a pas d'ivresse publique ou manifeste impliquée. L'apéritif sur les quais de Seine, par exemple, est interdit !

Quelles villes ont choisi l'interdiction ?

La France entière est concernée ! Nice, Annecy, Lyon, Rouen, Saint-Nazaire, Paris, Orléans, Tours, Toulouse, Auxerre, Strasbourg et de nombreuses villes françaises ont pris cette décision pour lutter contre l'alcoolisme chez les jeunes et contre les nuisances nocturnes.

Que risque-t-on ?

Tout dépend de l'arrêté en question. L'amende peut s'élever à 35 euros, et il est possible de se faire embarquer au poste si l'on refuse obtempérer. Quand un agent de police demande à ce que vous rangiez votre petite bouteille de vin rosé, mieux vaut accepter, sous peine de voir le pique-nique tourner au véritable cauchemar.

Parfois, les autorités peuvent être plus souples et simplement prévenir que c'est interdit et qu'il faudra, la prochaine fois, en prendre compte, tout en vous laissant poursuivre la petite fête.

Le restaurant, seule alternative

Il est de plus en plus difficile de profiter des espaces verts d'une ville comme on pourrait le faire avec son jardin. Ne restent que les bars et restaurants, qui ont le droit de servir de l'alcool à consommer en terrasse. Mais ça, c'est seulement si elle n'a pas été déjà prise d'assaut par tous les résidents en mal de soleil !

 
0 commentaire - Pique-nique en ville : tout n'est pas possible !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]