Prêt à taux zéro : toutes les infos sur le PTZ+

Chargement en cours
1/2
© Fotolia
A lire aussi

Purepeople

En 1995, le prêt à taux zéro, appelé PTZ+, a été créé en France, permettant à ceux qui y ont droit d'emprunter de l'argent à un taux défiant toute concurrence. Mais évidemment, pour pouvoir y prétendre, certaines conditions sont à remplir, et l'achat effectué grâce à ce prêt est lui aussi soumis à des conditions particulières. Découvrez-les !

À qui s'adresse-t-il ?

Afin de bénéficier d'un taux PTZ+, il est nécessaire que l'emprunteur n'ait pas été propriétaire de sa résidence principale au cours des deux ans précédant la demande de prêt, et que la résidence convoitée soit la première dont il sera propriétaire.

Cette condition n'est pas valable quand le demandeur ou l'un des occupants du domicile est titulaire d'une carte d'invalidité, ou qu'il est bénéficiaire de l'allocation adulte handicapé ou enfant handicapé, ou bien qu'il a été victime d'une catastrophe l'empêchant d'occuper sa résidence.

Les revenus à ne pas dépasser

Il est évident que pour obtenir un prêt si avantageux, il ne faut pas dépasser certaines limites de revenus. La localisation du domicile pèse aussi dans la balance : si un emprunteur habite en zone A (île de France, Var, Vaucluse, Ain, Haute-Savoie) et qu'il souhaite acheter seul, il ne peut pas gagner plus que 36 000 euros par an. S'ils sont deux à occuper le logement dans cette même zone, le plafond est de 50 400 euros. De 61 200 s'ils sont trois, etc. Les zones B1, B2, et la zone C voient leurs plafonds considérablement moins élevés (26 000 euros pour une personne en zone B1, 20 000 euros en zone B2 et 18 500 euros en zone C, par exemple), les loyers étant moins chers dans ces régions.

Le logement

Il est nécessaire, pour obtenir un PTZ+, que l'achat concerne une dépense immobilière. Que ce soit l'achat d'un logement ou la mise aux normes d'une résidence. Le logement acheté doit devenir la résidence principale du demandeur un an maximum après la fin des travaux ou l'achat. Attention : le logement ne peut pas être loué tant que le prêt n'est pas remboursé.

Généralement, le PTZ+ subventionne l'achat d'un logement neuf ou la construction d'une résidence neuve. Si le logement est ancien, il devra subir des travaux importants permettant de l'assimiler à un logement neuf. Il devra bénéficier d'un label ou respecter certaines exigences de performances énergétiques. Les fenêtres qui laissent passer l'air ou une toiture branlante sont totalement rédhibitoires.

Montant du prêt

Si vous faites partie de ceux qui peuvent prétendre au PTZ+, reste à déterminer à quelle somme vous avez droit. Le calcul est effectué via un pourcentage du coût maximal de l'opération toutes taxes comprises. Au final, le prêt ne couvrira jamais la totalité d'un achat : il en couvrira 33% en zone A, 26% en zone B1, 21% en zone B2, et 18% en zone C. Par exemple : pour un foyer de deux adultes avec deux enfants, souhaitant acheter un logement neuf coûtant 150 000 euros au total (le coût de la construction ou de l'achat et les honoraires de négociation sont compris, mais pas les frais d'acte notarié et les droits d'enregistrement). Dans la zone B2, il aura droit à 31 500 euros. Il peut donc se cumuler avec d'autres prêts, comme le prêt d'accession sociale (PAS), le prêt conventionné, le prêt immobilier bancaire, le prêt épargne logement ou des prêts complémentaires.

Remboursement

La durée du remboursement du prêt à taux zéro dépend des revenus de celui qui emprunte : plus ce dernier gagne de l'argent, moins la durée est longue ! Quoiqu'il arrive, elle s'étend de 12 à 25 ans.

À qui s'adresser ?

À des établissements de crédit ayant passé une convention avec l'état.

 
0 commentaire - Prêt à taux zéro : toutes les infos sur le PTZ+
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]