The Riot Club : plongée au cœur de l'élite britannique

The Riot Club : plongée au cœur de l'élite britannique©DR, Universal Pictures
A lire aussi

Purepeople

La réalisatrice danoise Lone Scherfig (à qui l'on doit les films Une Education et Un Jour) est de retour au cinéma avec The Riot Club, nous plongeant sans vergogne dans les dérives de l'élite britannique et de ses clubs privés.

Adapté d'une pièce à succès intitulée Posh, ce long métrage suit Miles et Alistair, deux étudiants anglais qui ne reculeront devant rien pour faire partie du Riot Club, une fraternité réservée à un petit cercle d'étudiants privilégiés de l'université d'Oxford. Avec ce portrait grinçant des universités anglaises et de ses élèves aux portefeuilles bien remplis et à l'arrogance établie, The Riot Club nous divulgue les dérapages possibles liés au bizutage, tout en dévoilant avec émotions les difficultés relatives au passage à l'âge adulte. Si le film manque parfois de rythme, il faut toutefois saluer une montée en puissance des méfaits commis par ces jeunes sans limite, jusqu'à un point de non-retour violent et dévastateur.

Le point fort de The Riot Club, c'est évidemment son casting, qui regroupe les valeurs sûres d'une nouvelle génération d'acteurs britanniques : Sam Clafin et Natalie Dormer, deux acteurs de la saga Hunger Games, Jessica Brown Findlay de la série Downton Abbey et Max Irons (le fils de Jeremy Irons) se donnent ainsi la réplique.

The Riot Club - Au cinéma le 31 décembre 2014

 
0 commentaire - The Riot Club : plongée au cœur de l'élite britannique
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]