Trop bon, trop con : comment rester gentil tout en s'affirmant ?

Trop bon, trop con : comment rester gentil tout en s'affirmant ?

Être gentille et avoir de la personnalité n'est pas du tout impossible.

A lire aussi

Hélène Demarly

Vous avez la désagréable impression de vous faire souvent marcher sur les pieds ? D'être toujours à l'écoute des autres, attentionnée, sans ne jamais rien recevoir en retour ? À l'occasion de la Journée de la gentillesse du 3 novembre 2016, découvrez les conseils de la rédaction pour être gentille mais pas bonne poire.

Malgré les idées reçues, la gentillesse n'est pas un signe de faiblesse, mais l'un des meilleurs moyens pour se faire entendre et respecter. Mais attention à la nuance, être gentille, ne veut pas dire être trop gentille ! La gentillesse, c'est savoir rendre service, être bienveillante, solidaire et à l'écoute sans pour autant faire passer les désirs des autres avant les siens.

Commencer par s'aimer soi-même

N'est pas gentille celle qui s'efface sans arrêt derrière les autres, qui accepte tout quitte à se faire complètement avoir. Il ne faut jamais oser contredire ou s'énerver ! Être trop attentionnée ou trop à l'écoute montre surtout un terrible manque d'estime de soi et non de la vraie gentillesse. Commencez donc par vous aimez, vous acceptez, et mieux vous connaître. Une fois que vous saurez ce qui vous porte, ce qui vous fait avancer, et que vous aurez amélioré votre confiance en vous, vous pourrez être bienveillante envers les autres sans pour autant vous effacer totalement devant leurs volontés.

Oser dire non

Ce n'est pas parce que vous êtes gentille que vous devez tout accepter sans jamais donner votre avis. Fixez-vous des limites à ne pas dépasser et arrêtez de culpabiliser. Oui pour donner un coup de main à votre collègue qui a besoin de vos conseils sur l'un de ses dossiers, non pour y passer des heures et vous mettre ensuite en retard dans votre travail. Écoutez-vous. Si vous n'en avez pas envie ou que cela se fait au détriment de votre propre bien-être, ne vous forcez pas et ne culpabilisez pas. En osant donner votre avis et montrer votre désaccord, vous gagnerez également en respect, que ce soit dans le cadre du travail ou sur le plan personnel.

Respecter l'autre et savoir écouter

Ne pas se laisser faire, d'accord, mais pas question pour autant d'être agressive ou désagréable. La solution ? Adopter la communication non violente ! Apprenez à exprimer vos craintes ou votre mécontentement mais de façon calme, sans vous laisser submerger par la colère ou au contraire en passant pour une victime. Sachez également user de diplomatie et d'empathie. Si vous devez mettre les points sur "i" avec quelqu'un, peu importe la situation, ne vous contentez pas seulement de faire des reproches, prenez aussi le temps de lui poser des questions pour comprendre ce qui n'a pas été de son côté, ce qu'il pense de la situation. C'est la meilleure façon de régler un conflit.

Ne rien attendre en retour

Souvent, l'impression d'avoir été trop gentille est due à l'attente de quelque chose en retour. Alors que la gentillesse, par définition, ne demande rien, n'attend rien, n'impose pas de conditions. Être gentille par stratégie (pour se faire accepter au bureau, garder ses amis ou son compagnon..) vous décevra forcément, puisque vous allez attendre que l'on vous rende la pareille. Arrêtez donc d'être gentille par intérêt et surtout respectez-vous. Ne soyez pas prête à tout seulement pour obtenir en échange un peu d'attention, d'amour ou de gratitude.En revanche, tentez de rendre le monde un peu meilleur au quotidien par des actions, même les plus simples vous apportera beaucoup ! La gentillesse est une force qui rend heureuse, ne vous en privez pas !

 
1 commentaire - Trop bon, trop con : comment rester gentil tout en s'affirmant ?
  • liv -

    Prôner la gentillesse, c'est bien; c'est une belle valeur et la preuve d'une sensibilité certaine; ceux qui veulent s'épancher trouvent en nous, les gentils, une oreille attentive et un intérêt non feint pour toutes les petites ou grandes choses qui leur tiennent à coeur. Très bien; ça remplace le psy, car les gentils sont toujours en empathie; malheureusement, ils deviennent vite des "éponges", absorbant tous les malheurs des autres, et toujours en sens unique; de plus, je remarque que cette sensibilité est parfois prise pour de la faiblesse et les "mauvais" s'engouffrent facilement dans nos "failles", et se permettent ce qu'ils ne permettraient pas avec ceux qu'ils considèrent comme forts ! Les gentils sont aussi plus souvent maltraités ou agressés, et peuvent être l'objet de haine ou d'agressivité ordinaire Mais bon...Pas toujours facile de lutter contre sa nature !

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]