Veganisme : simple tendance ou vrai mode de vie ?

Veganisme : simple tendance ou vrai mode de vie ?

Bientôt tous vegans ?

A lire aussi

Hélène Demarly

Ce mode de vie n'a jamais connu autant d'engouement. En témoigne le salon "Bio & Vegan" qui se tient à Paris du 17 au 20 mars 2017 et la création du premier magazine spécialisé - baptisé "Véganes". Le véganisme : effet de mode ou une prise de conscience salutaire ?

Être vegan, c'est quoi ?

Une personne vegan, au même titre qu'un végétarien, a supprimé de son alimentation tout ce qui est issu des animaux : viande, lait, fromage. Mais un vegan va plus loin puisque il n'achète aucun produit issu de l'exploitation animale, comme le miel, le cuir, la fourrure, la laine ou les cosmétiques testées sur les animaux. Nombreux aussi sont ceux qui refusent l'équitation, de se rendre au zoo ou au cirque, se considérant comme antispécistes, c'est-à-dire que tous les êtres vivants doivent êtres traités au même niveau.

Même s'il n'existe pas de vrais chiffres concernant le nombre de vegans en France (certains parlent de 1,5 à 2 millions de personnes), ce qui est certain c'est que la consommation de viande est en chute, avec une baisse de significative de 15 % entre 2003 et 2010 - selon les chiffres du Crédoc. Les nombreuses vidéos de maltraitance animale tournées dans des abattoirs en caméra cachée et diffusées sur Internet ont certainement contribué à la prise de conscience collective de la souffrance des bêtes.

Une prise de conscience globale

Il existe plusieurs bonnes raisons de devenir vegan. Déjà, parce que l'élevage d'animaux pollue énormément : déforestation, utilisation excessive d'eau, pollution des sols et émission de gaz à effets de serre (devant les transports). Être vegan c'est aussi refuser de participer à la souffrance animale sous toute ses formes, non seulement en refusant de manger de la viande mais en refusant également tout produit issu de l'exploitation animale. Enfin, c'est penser à sa santé, car un régime sans viande permettrait de diminuer le risque de certaines maladies cardio-vasculaires et de diabète. Bien qu'en réalité, un vegan doit aussi faire attention à conserver une alimentation diversifiée pour ne pas souffrir de carences.

Un effet de mode qui rapporte

Les marques l'ont bien compris, le véganisme est aussi une tendance marketing. Au rayon cosmétique, nombreuses sont les marques, de Lush à Body Shop, à estampiller leurs produits "non testé sur les animaux". Dans la mode, les vêtements et accessoires vegan se multiplient également. Nouvelle fibres qui tiennent aussi chaud que la laine, fausse fourrure aussi douce que la vraie et cuir fabriqué à partir de fibres végétales ou de plastique recyclé, pour une effet souvent bluffant.

Dans les rayons des supermarchés, la tendance suit elle aussi son cours. Faux fromage, soja sous toutes ses formes, saucisse végétarienne... Et cela va toujours plus loin puisqu'aux États-Unis, l'entreprise américaine Memphis Meats a annoncé avoir réussi à créer du poulet - après le steak de boeuf en 2013 -, sans qu'aucune bête n'ait été tuée. Tout cela grâce à la science et des cellules de volailles cultivées en laboratoire. Une viande artificielle, qui, bien qu'elle reste pour le moment hors de prix, pourrait un jour s'imposer dans les assiettes.

 
18 commentaires - Veganisme : simple tendance ou vrai mode de vie ?
  • avatar
    amichien -

    Ce n'est pas parce qu'on boit du lait ou que l'on mange du fromage que l'on martyrise les animaux..

    Et si l'on créait une association pour le martyre des plante et légumes que l'on coupes et cuits.

    avatar
    sanga31 -

    Ceci dit les végétaux sont aussi à traiter avec respect et a remercier pour le don qu'ils nous font et leurs bienfaits....

  • avatar
    royco -

    donc, si j'ai bien compris le principe, un végan, n'est pas gros, il pue, il est mal habillé et habite en ville !

  • avatar
    modani -

    A l 'origine l'homme était un animal , tout les animaux que nous mangeons ou faisons souffrir sont nos frères et nos cousins.

    avatar
    sanga31 -

    Tout est dit dans cette phrase, MERCI

  • avatar
    marber -

    J'ai dans mon entourage une diététicienne hors pair. Elle vous expliquera qu'il faut manger de tout sans excès. Et surtout il faut que la corbeille de fruits soit bien remplie été comme hiver. Pas de sucreries, de la viande parfois et jamais de charcuteries car c'est gras. Il faut aussi manger du poisson. Jamais de plats industriels. De la bonne soupe maison et jamais en boîte. Pas de sel.... Par dessus tout il faut marcher tous les jours, il faut aller faire son tour comme elle dit. Elle n'interdit jamais rien et écoute tout le monde.
    Sa manière de vivre n'a pas l'air d'être si mauvaise, c'est ma mère, elle va sur ses 97 ans et ne doit pas bien comprendre ce qu'est un vegan.

    avatar
    poil2plume -

    Votre maman pleine de sagesse me rappelle la mienne, décédée à 85 ans, sans avoir été longtemps malade. Elle mangeait très peu de viande (une fois par semaine) et nous (mon frère et moi) avons pris l'habitude de faire la même chose. A la retraite, elle a fini par être végétarienne, parce qu'elle ne supportait plus le goût de la viande. Nous sommes en bonne santé et conscients qu'un beau jour, la viande, ce sera fini. Dans le fond, tant mieux. J'en mange si peu que cela se réduit à 2 oeufs par semaine et du poisson de temps à autre ou du poulet bio hors de prix (mais bon et élevé correctement).

  • avatar
    christo48 -

    L’industrie agroalimentaire et cosmétique a trouvé un nouveau piège à gogo après le sans gluten, tout cela c'est une histoire de gros sous, autant certaine pratique d'élevage devraient être interdite, autant ces nouveaux concepts sont avant tout financiers.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]