Données personnelles : comment bien les protéger ?

Données personnelles : comment bien les protéger ?

Comment protéger ses données personnelles sur internet ?

A lire aussi

Océane Co

On se souvient tous de l'affaire Prism, révélée par Edward Snowden, qui dévoilait au grand jour le programme américain de surveillance électronique et de récolte de renseignements à partir de la navigation sur Internet. Depuis, la question de la protection des informations personnelles sur le Web inquiète grandement les internautes. Nos données privées, parfois publiées sur Internet, sont-elles utilisées par le gouvernement ou d'autres institutions ? Peut-on réellement les protéger ? Que dit la loi ? On fait le point.

Des données pas si privées

On ne s'en rend pas forcément compte, mais nous dévoilons une quantité importante de nos informations personnelles au quotidien, que ce soit sur les réseaux sociaux, pour participer à des concours, demander une carte de fidélité ou remplir un formulaire en ligne. Ces données, censées rester entre l'organisme et la personne concernée, sont parfois sujettes à des détournements.

Via certains cookies acceptés sur l'ordinateur notamment, nos informations sont exploitées pour du fishing, une méthode qui consiste à déterminer nos goûts personnels et nos envies d'achats, afin de cibler les publicités à afficher sur nos écrans. Nos données privées deviennent alors des données commerciales.

Autre détournement connu : celui de nos photos, publiées sur les réseaux sociaux. Il s'est en effet avéré que nos informations et photos postées sur certains réseaux sont parfois sauvegardées et stockées par les serveurs des différents services. Malgré des paramètres de sécurité qui prônent une confidentialité maîtrisée, force est de constater que nous ne savons pas réellement ce que certains organismes font de nos données personnelles.

La loi "Informatique et Libertés"

Face à ces dérives, la justice française et la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés) proposent des moyens qui nous permettent de nous protéger, notamment avec la loi "Informatique et Libertés" du 6 janvier 1978. Modifiée le 6 août 2004, celle-ci définit les principes à respecter lors de la collecte, du traitement et de la conservation des données personnelles. Elle s'applique sur tous les fichiers informatiques ou manuels (en version papier) contenant des informations personnelles. Grâce à elle, le contrôle des personnes sur leurs données est renforcé, puisque la loi prévoit des droits que chacun peut faire valoir.

Voici les quatre droits en question :

- Le droit d'accès : Vous pouvez demander directement au responsable d'un site Internet, d'un magasin, d'un réseau social ou même d'une banque, la liste des informations qu'il pourrait détenir à votre égard. Ce droit d'accès permet ainsi de contrôler l'exactitude des informations et, au besoin, de demander à les faire effacer.

- Le droit de rectification : Celui-ci complète le droit d'accès, puisqu'il permet à toute personne de demander la rectification des informations inexactes la concernant. Ainsi, un organisme ne pourra pas traiter ou diffuser de fausses informations à votre sujet.

- Le droit d'opposition : Vous avez la possibilité de vous opposer, pour des motifs légitimes, à figurer dans un fichier. Vous pouvez aussi refuser à ce que vos données soient diffusées, transmises ou conservées par un organisme. Toutefois, si vos informations sont destinées à des fins commerciales, il n'est pas nécessaire de fournir un motif légitime. À noter que ce droit d'opposition ne s'applique pas toujours dans le secteur public.

- Le droit d'oubli : Celui-ci impose que les données personnelles soient uniquement conservées pendant un laps de temps nécessaire, par l'organisme qui les détient. Cette durée est définie par la loi. Selon les cas, une conservation plus longue que prévue est punie de cinq ans d'emprisonnement et d'une amende de 300 000 euros. Par la suite, vous pouvez aussi demander l'effacement de vos données.

Le projet de loi de la secrétaire d'État au Numérique

Pour protéger davantage la vie privée de chacun, Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique, a décidé de donner un coup de neuf à la loi "Informatique et Libertés", dont la dernière modification date de plus de dix ans. Elle a donc déposé un projet de loi en janvier dernier, qui met en place deux nouveaux droits.

Le premier d'entre eux : le droit au déréférencement, qui se présente comme un droit à l'oubli amélioré. En cas de violation des données personnelles, ce droit donnerait la possibilité de supprimer les informations vous concernant des moteurs de recherche, voire de les effacer complètement. Une mesure qui s'applique automatiquement aux mineurs, plus enclins à divulguer des données privées, sur les réseaux sociaux notamment.

Ce projet de loi propose aussi un droit à l'autodétermination informationnelle, qui permettrait de "renforcer la place de l'individu dans le droit à la protection de ses données pour lui permettre de décider de la communication et de l'utilisation de ses données à caractère personnel". Autrement dit, faire de chaque individu un acteur de la protection de ses données, pour qu'il en soit responsable.

Toutes ces mesures et ces droits en vigueur nous permettent donc de protéger nos données personnelles. Encore faut-il en faire la démarche, afin de les mettre en oeuvre. Là reste le problème : s'il est possible d'entreprendre ces démarches pour éviter l'utilisation de nos données, aucune loi n'interdit expressément l'utilisation de nos informations privées par des tiers.Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site de la CNIL.

 
0 commentaire - Données personnelles : comment bien les protéger ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]