La déprime digitale : le nouveau phénomène

La déprime digitale : le nouveau phénomène

Les réseaux sociaux ne rendent pas forcément heureux.

A lire aussi

Hélène Demarly

Si le réseaux sociaux sont supposés nous rendre heureux en nous rapprochant de nos amis ou de notre famille, ils pourraient aussi donner l'effet totalement inverse et nous déprimer ! Course aux like, narcissisme, espionnage en ligne et jalousie... On vous explique ce phénomène apparu avec Facebook et on vous donne quelques conseils pour l'éviter.

Il y a quelques mois, l'université du Missouri a réalisé un test sur 700 étudiants et a démontré que l'utilisation de Facebook pouvait entraîner des symptômes de dépression lorsque la lecture des posts, statuts et photos de nos amis procurait un sentiment de jalousie."Facebook peut-être positif si les utilisateurs s'en servent pour rester connectés avec leur famille et leur anciens amis et pour partager des aspects intéressants et importants de leurs vies", expliquent les responsables de l'étude. "Mais s'il est utilisé pour envier la réussite financière de telle connaissance ou pour assister à la relation amoureuse parfaite de l'un de nos vieux amis - des choses qui peuvent créer l'envie - alors un tel comportement peut conduire à des sentiments de dépression".

La vie rêvée des réseaux sociaux

Sur Facebook, espionner ses "amis" est devenu banal et c'est vrai qu'il est parfois difficile de ne pas éprouver une pointe de jalousie en découvrant les photos d'une amie qui s'est offert des vacances à l'autre bout du monde et publie des photos d'elle en bikini, ou lorsque l'on peut suivre au jour le jour la relation parfaite de son ex avec sa nouvelle copine, qui a laissé son profil en mode "ouvert"...

Que dire aussi d'Instagram, où les photos de la vie dorée de certaines stars font rêver et où les clichés de Karlie Kloss à la salle de sport nous font d'un coup regretter d'avoir fini tout le paquet de gâteau... Bref, un flot continu de photos idylliques qui ont de quoi saper le moral en plein hiver ! C'est le problème majeur des réseaux sociaux, qui chez certaines personnes agissent comme un miroir grossissant : en se comparant à tout le monde et tout le temps (on passe désormais 46 minutes par jour sur Facebook, selon les dernières données de la firme de Mark Zuckerberg), il est normal d'avoir parfois l'impression d'avoir une vie de "looser".

Narcissisme 2.0

Les "like", les messages et commentaires font du bien au moral. Ils sont autant de signes qui prouvent que l'on s'intéresse à nous, que l'on est aimé sur Internet, une sorte de booster d'ego nouvelle génération. Le souci c'est que lorsque les notifications se font attendre, on se sent dévalorisé. Seulement trois "j'aime" pour mon selfie à la plage sur Instagram, aucun commentaire après mon post sur mon état grippal, personne ne fait de capture d'écran sur Snapchat de la photo de mon chat qui se cache dans le placard... Tout ça peut avoir un réel impact négatif sur les personnes les plus faibles psychologiquement, en les dévalorisant encore un peu plus.

Comment éviter la déprime ?

La meilleure des solutions est de se souvenir que les réseaux sociaux sont avant tout une mise en scène. On ne poste sur Facebook ou Instagram que ce que l'on veut bien montrer, personne n'a une vie parfaite et les réseaux sociaux ne sont absolument pas le reflet de la réalité. Si cela vous rend triste malgré tout, la solution la plus simple est d'y aller moins souvent pour privilégier les vrais échanges avec vos amis !

 
9 commentaires - La déprime digitale : le nouveau phénomène
  • polyeucte -

    Les vrais amis ou amies sont des gens sur qui l'on eut compter en toutes occasions et non pas les"amis" ou amies" virtuels. La vraie vie est ailleurs : dans la réalité et certainement pas dans la téléréalité. Cela n'empêche pas de se servir de Facebook où l'on trouve aussi de belles choses.

  • petipat -

    lE VIRTUEL
    µC EST DE LA DAUBE

  • isa4 -

    Comment on faisait dans le temps.
    On avait un vrai relationnel, rien n'était virtuel.
    Sur, il faut vivre avec son époque.
    Mais c'est comme tout.
    Si on ne sais pas se servir d'un outil.
    Ca devient vite du grand n'importe quoi !!!

  • yannlaure -

    Grace aux réseaux sociaux , plus de révolution , chacun crache son venin et sa haine avant d'aller ce coucher , les réseaux sont gérés par des intérés divers , financiers , les politiques ont abusent quotidiennement , les réseaux ne nous rendent pas libre , ils nous emprisonne dans l'illusion de notre liberté .

  • lequinze -

    les réseaux sociaux ne servent qu'aux gens qui n'osent pas dirent les choses en face des personnes c'est tout autrement des ( faux jetons ! ! !) parfois ils n'ont pas tord car la vérité n'est toujours pas facile a dire en face , mais très souvent c'est de la méchanceté. moralité: il faut etre discret , garder pour soit son petit jardin secret , ne rien dire aux autres ( meme a ses meilleurs (e) amis (e) car ils s'empresseront a les divulguer. enfin , chacun voit comme il le veut.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]