Les jeux vidéo violents : un danger pour les enfants ?

Les jeux vidéo violents : un danger pour les enfants ?

Les jeux vidéo violents ont-ils réellement un impact sur le comportement de votre enfant ?

A lire aussi

Hélène Garçon

Call of Duty, GTA, Mortal Kombat... Malgré la mention "interdit au moins de 18 ans", votre enfant continue de jouer à ces jeux réputés violents. Face à un tel déploiement d'armes et de violence, votre enfant encoure-t-il des risques ? Le débat continue de faire rage.

Avec le boom des écrans dans les foyers, les jeux vidéo sont devenus l'un des loisirs favoris des jeunes, qui peuvent passer des heures entières une manette à la main. De plus en plus fidèles à la réalité grâce aux progrès du graphisme, les jeux vidéo sont aussi de plus en violents. Une telle débauche d'hémoglobine influerait-elle sur le comportement de l'enfant ? C'est la question à laquelle ont tenté de répondre les nombreux experts qui se sont penchés sur le sujet. Et il n'y a qu'à jeter un oeil à ces études pour comprendre que le débat est loin d'être clos.

Les jeux vidéo violents entraîneraient des comportements agressifs durables

En 2012, des chercheurs de l'Université de Grenoble ont ainsi entrepris d'étudier les effets que pourraient avoir les jeux vidéo violents à long terme sur le comportement de l'enfant. "C'est la première fois au monde que sont étudiés de manière expérimentale les effets à long-terme des jeux vidéo violents, expliquait à l'AFP Laurent Bègue, professeur à l'université Pierre Mendès-France de Grenoble. Des travaux antérieurs avaient déjà montré que les jeux vidéo violents causaient une augmentation immédiate et de courte durée de l'agressivité". Laurent Bègue et son équipe ont donc décidé de s'intéresser aux effets dans le temps que pourraient engendrer ces jeux. Ils ont donc fait participer 70 étudiants des deux sexes à des jeux vidéo, certains violents, d'autres non, pendant cinq minutes, sur une durée de trois jours. Ces mêmes étudiants ont ensuite été invités à imaginer le dénouement d'une histoire à fort potentiel conflictuel (comme un accident de voiture). Ceux ayant joué à des jeux violents ont alors imaginé une issue belliqueuse, tandis que les autres envisageaient un dénouement pacifique. L'étude rapporte que plus les jours passaient, plus la tendance agressive des étudiants affectés aux jeux violents s'amplifiait. "Aujourd'hui en France, le scepticisme est constant, déclarait Laurent Bègue à propos de l'impact des jeux vidéo sur l'agressivité. Les effets de ces jeux vidéo violents ne sont pas suffisamment manifestes pour que l'on s'en rende compte à l'oeil nu". À en croire l''étude publiée dans la revue scientifique américaine Journal of Experimental Social Psychology, les effets seraient donc "cumulatifs" et "relativement durables".

La frustration, vecteur de violence ?

Pourtant, selon deux chercheurs des Universités anglaises d'Oxford et de Rochester, le comportement violent des joueurs ne seraient lié non pas à leur contenu agressif, mais plutôt à leur niveau de difficulté. "L'étude démontre que l'agressivité découle du côté négatif de la frustration que l'on ressent lorsqu'on joue à un jeu vidéo", rapporte le site de Rochester sur lequel a été publié l'étude, laquelle consistait à étudier les comportements de jeunes à qui l'on demandait de jouer à des jeux vidéo, en privant certains des tutoriels. Contre toute attente, ce sont les joueurs ayant pratiqué les jeux les moins violents, mais sans tutoriel, qui ont fait part de plus de violence. "Les chercheurs ont découvert que les joueurs qui n'avaient pas eu de tutoriel se sont montrés moins compétents et plus agressifs que les personnes ayant joué à la version plus violente du jeu", constate ainsi l'étude.

Rêve et réalité : le jeu vidéo comme objet thérapeutique

Avec autant de sons de cloches différents, difficile de prendre une décision quant à interdire ou non les jeux vidéo à sa progéniture. Bien que les chercheurs attribuent les comportements violents à des facteurs multiples, certains psychologues voient dans les jeux vidéo un terrain propice pour nouer le dialogue avec l'enfant sur des problématiques majeures. "Jouer à GTA V (déconseillé aux moins de 18 ans) à 10 ans ne pose pas de problème", affirme la psychologue Vanessa Lalo à Sud Ouest. Tant que les parents sont là pour décrypter les images. C'est même l'occasion d'aborder des thèmes comme le pouvoir, l'argent facile, la violence etc., sans avoir recours à une discussion trop frontale lors de laquelle tout le monde se braque" explique-t-elle, invitant ainsi les parents à s'intéresser au contenu des jeux, violents ou non, de leurs rejetons afin de les aider à jeter un pont entre virtuel et réel.

 
1 commentaire - Les jeux vidéo violents : un danger pour les enfants ?
  • avatar
    FanFanMishy -

    N'importe quel jeu peut amener de la frustration, y compris les jeux vidéos pour enfants tels Pokémon, ou les jeux de société. Si la frustration amène à la violence, ce n'est donc pas le jeu vidéo violent qu'il faut interdire, mais le jeu vidéo en général, voire le jeu en général.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]