Tout savoir sur les prix littéraires

Chargement en cours
 Le difficile choix des prix littéraires.

Le difficile choix des prix littéraires.

1/2
© Adobe Stock, Lumina Images
A lire aussi

Jennifer Durand

Après la rentrée littéraire, vient la valse des prix littéraires, un tourbillon dans lequel les lecteurs se perdent un peu. Pour ne pas avoir le tournis, apprenez à décrypter ces fameux petits bandeaux rouges.

Chaque année, l'automne est une saison pleine de rebondissements dans le petit monde de l'édition. Après la rentrée littéraire, vient quelques semaines plus tard l'annonce des prix littéraires. Des prix en pagaille qui nous laissent parfois bien perplexes devant les vitrines des libraires.

La France, premier pays du prix littéraire au monde

Si le prix littéraire n'est pas une spécificité française, avec plus de 2 000 distinctions différentes, la France détient tout de même le record mondial du nombre de prix attribués chaque année. Un chiffre astronomique qui fait débat, car si les lecteurs ne savent plus à quel prix se vouer, la manne économique n'est pas négligeable pour les maisons d'éditions. Le fameux petit bandeau rouge propulse les ventes et offre à son auteur une notoriété inégalée. Un Prix Goncourt assure en moyenne 380 000 ventes à un livre primé, le Prix Renaudot 220 000 et le Prix Femina 155 000. Les prix littéraires ne seraient-ils finalement qu'une histoire de gros sous ? Peut-être, mais c'est également cet engouement pour les prix littéraires qui permet à la France de préserver sa fameuse " exception culturelle " et de s'affirmer comme une grande nation littéraire grâce à la vitalité et la richesse de sa littérature contemporaine.

Les " vénérables " prix littéraires

Le grand prix du roman de l'Académie française, le Goncourt, le Femina, le Renaudot, l'Interallié et le Médicis figurent parmi les plus anciens et plus prestigieux prix littéraires français. Très convoité, mais également très académique, le Goncourt doit sa création en 1902 à Edmond de Goncourt qui stipule dans son testament vouloir un prix récompensant " le meilleur ouvrage d'imagination en prose " d'un auteur d'expression française. Son pendant est le Femina avec un jury exclusivement féminin, en réaction au Goncourt qui n'a longtemps été décerné qu'aux hommes. Souvent surnommé " l'anti-Goncourt ", le prix Renaudot répare les injustices et favorise les oubliés des grands prix littéraires. En revanche il ne sélectionne pas un auteur qui aura été récompensé au cours des cinq dernières années. Le prix Interallié est quant à lui décerné à des journalistes par un jury composé exclusivement de journalistes. Plus anticonformiste, le prix Médicis récompense des oeuvres novatrices écrites par des auteurs débutants ou méconnus.

La nouvelle-vague des prix littéraires

A contre-courant des prix littéraires décernés par un jury uniquement composé de professionnels du monde littéraire, d'autres prix ont vu le jour comme le Goncourt des lycéens, le grand prix des lectrices de Elle, le Prix des Libraires ou celui du roman Fnac. Des prix plus populaires auprès du grand public qui doivent leur succès des jurys constitués de jury 2 000 élèves (Goncourt des lycéens), de lectrices du magazine Elle, ou d'un jury mêlant libraires experts et lecteurs amateurs (Prix du roman Fnac).

 
4 commentaires - Tout savoir sur les prix littéraires
  • avatar
    Citoyendelaplanete -

    Circulez ...rien à lire ..!

  • avatar
    Blague-a-froid -

    Comment va t-elle féliciter le Lauréat, notre nouvelle Ministre de la culture ...........

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Bonsoir Blague
    Veux tu dire que c'est aussi pipé que certaines épreuves sportives ?
    Ce serait donc de la foutaise ! Je lis de nombreux auteurs de romans régionaux , ils n'ont pas de prix Goncourt mais cela n'empêche pas leurs grands succès et j'en suis à me demander jusqu'où peut aller le snobisme car , pour se donner de l'importance certains vont encenser le dernier Goncourt et nous le recommander !De quoi rire sous cape si j'en crois les commentaires sur le sujet aux actus !

  • avatar
    lli -

    Quand j'était jeune, il y a déjà quelque temps, j'achetais systématiquement le Goncourt. Vanité et pose du jeune âge qui estimait qu'un Goncourt se devait d'être lu. Après avoir ingurgité du très bon, du bof et du mauvais, j'ai compris que ce prix est un hochet distribué à tour de rôle aux éditeurs, et qu'il est, de nos jours plus encore, esclave du politiquement correct. Car enfin que penser, et on en revient toujours là, d'une prétendue récompense littéraire qui élimine Voyage au bout de la nuit, chef d'oeuvre absolu, au profit d'un obscur ouvrage d'un écrivain oublié et dont le seul titre de gloire demeurera à jamais d'avoir supplanté Céline. Je connaissais le titre et l'auteur, j'ai oublié et je ne prendrai pas même la peine de rafraîchir ma mémoire sur Google.

    avatar
    Fifi13 -

    Il n'y a pas très longtemps pour la jeunesse lli... Pour le reste, seule notre amie Stivelle pourra venir échanger avec vous sur ce sujet. En ce qui me concerne en tout cas, mes connaissances en littérature se bornent aux classiques et aux romans à suspense que j'affectionne particulièrement, Stephen King étant un de mes auteurs préférés.

    avatar
    lli -

    Je me souviens que nous avons échangé à propos de Stephen King, c'est un maître et je l'adore. Nous avons sans doute plus de goûts en commun que vous ne semblez le croire; quant aux classiques il ne faut jamais les dédaigner, ils demeureront dans les programmes scolaires et les bibliothèques virtuelles ou autres, alors que beaucoup de navets français nombrilistes et prétentieux n'auront pas même droit à une réédition.

    avatar
    Fifi13 -

    Merci pour votre réponse et votre élégance lli.

  • avatar
    LEMECRANT -

    demandez à notre ministre de la culture, la grande Stivelle, celle qui gonfle des chevilles.

    avatar
    Fifi13 -

    Stivelle a une grande connaissance, y compris en littérature, et elle est toujours très intéressante à lire. Je ne me suis pas aperçu du gonflement de ses chevilles. Elle n'étale pas, elle commente et a des références, rien de plus naturel que de les utiliser quand le sujet s'y prête. J'apprécie beaucoup ses interventions, et les échanges qu'elle a avec lli par exemple sont passionnants.
    Bonne journée LEMECRANT, à l'abri du mistral qui arrache la queue aux ânes.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]