Les 10 romans qui marqueront la rentrée littéraire

  • info
  • photos
Maternité contrariée par la jalousie, romances digitales aux États-Unis, premier émoi sur fond de guerre de Bosnie, ou dystopie pas si éloignée d'aujourd'hui... Rythmée par Amélie Nothomb, Margaret Atwood, Monica Sabolo, cette rentrée littéraire s'annonce plus captivante que jamais.
Chargement en cours
"Un amour d'espion"
"Un amour d'espion"

Un étudiant en géographie en mal d'aventure part à New York avec une amie pour percer à jour l'identité de son mystérieux petit copain qu'elle a rencontré sur une application mobile. Mais le narrateur-détective n'est peut-être pas le seul à suivre la piste de l'inquiétant Dragan. Un roman léger où se brouillent les frontières du réel et du virtuel.
"Un amour d'espion" de Clément Bénech - Flammarion - 276 pages - 19 euros.

1/10
Anthony Vincent
 
6 commentaires - Les 10 romans qui marqueront la rentrée littéraire
  • avatar
    Jalitevacodoeffg -

    Je déteste ces listes de livres "imposés". Comme si nous ne pouvions pas choisir par nous-mêmes en flânant dans une librairie. Je trouve que tout cela participe à une uniformisation de la pensée. Moi j'aime choisir mes livres par moi-même et souvent il y a d'excellents ouvrages publiés chez de petits éditeurs.

    avatar
    Noli-Tangere2 -

    Je suis comme vous. Je déteste qu'on me propose des listes toutes prêtes, en laissant penser que je suis incapable de choisir moi-même. Je lis de tout, ou presque, et si au bout de 20 pages je n'accroche pas, je renonce. Quitte à reprendre quelques mois plus tard. Là, je suis en train de lire le dernier Henning Mankell, qu'il a écrit juste avant sa mort, et qui s'appelle Sable Mouvant. Je peux ensuite passer au polar, puis à la bande dessinée, puis revenir sur une biographie ou un livre sur Himmler. C'est moi qui décide, personne d'autre.

    avatar
    poil2plume -

    Je ne voudrais pas me montrer méprisante, mais les personnes qui se basent sur ces fameuses listes imposées pour choisir leurs lectures sont aussi celles qui n'ont jamais vraiment lu quoi que ce soit. Elles favorisent le déclin de la littérature française en admirant sans réfléchir les auteurs à la mode qui n'ont rien à dire. Les vrais lecteurs n'ont effectivement besoin de personne pour trouver un bon livre. Ils sont curieux, ils s'intéressent à toutes sortes de livres et ont d'excellentes relations avec de bons libraires qui en ont assez qu'on leur impose des cartons de prétendus "best sellers". Quand j'entends des naïfs dire qu'Amélie Nothomb est le meilleur écrivain parce qu'elle vend le plus de livres, j'ai tendance à répondre que le Coca-Cola est la boisson la plus vendue au monde, mais est-elle pour autant la meilleure ?

  • avatar
    Louisxivbis -

    Je Remarque Neuf Romans écrits par des Femmes un Seul par un homme !
    Édifiant !

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Louis14 , en fait 2 ; mais vous en déduisez quoi ?

  • avatar
    royco -

    maintenant, je ne lis plus, je préfère les émissions de Jules Bern !

  • avatar
    Toussapourien -

    Moi j'au lu " 20 ans sous cloche, ou la vie d'un camembert " de Rob Blechon ! pas mal du tout !

  • avatar
    poil2plume -

    L'auteur de l'article semble très épris de "dystopie" ( fiction qui se déroule dans une société imaginaire où ses membres n'accèdent jamais au bonheur), un terme tendance mais pas très alléchant.
    L'indéboulonnable mère Nothomb avec ses histoires sans queue ni tête torchées en 3 jours sur 47 pages de cahiers d'écoliers (gonflées par l'éditeur avec des marges énormes et une police de caractère pour malvoyants) n'a pas fini d'enfoncer la littérature française, assistée par une Marie Darrieussecq aussi drôle qu'une enclume.
    Pour ma part, j'ai acheté Couleurs Venise de Michel Peyramaure (la bio romancée de Titien !) et Manuel d'autodéfense intellectuelle de Sophie Mazet, brillant, humoristique et bien pratique pour éviter de sombrer dans un conformisme béat.

    avatar
    Gabuzo06 -

    Et moi, c'est une de mes maîtresses qui a fini par me dégoûter de lire, me faisant découvrir la nullité de toute cette "littérature contemporaine" tirée de fosses septiques !!!

    avatar
    L- -

    Ou de fausses septiques.

    avatar
    poil2plume -

    Gabuzo06 : je vous crois sans peine. Je suis née à l'époque où un instituteur savait encore donner aux enfants l'envie de lire. Au collège, nous avions Le Horla de Guy de Maupassant (nouvelles fantastiques super intéressantes), les Contes du Lundi d'Alphonse Daudet ou La bête humaine d'Emile Zola, de la littérature intelligente, bien écrite et compréhensible.
    La plupart des auteurs contemporains semblent avoir oublié qu'un bon texte doit être fluide et accessible à tous sans misérabilisme ni effets de manche ridicules.

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Poil2plume , Vous parlez d'auteurs contemporains , et je suis une fervente lectrice de certains auteurs qu'il ne faut tout de même pas comparer avec le style A.Nothomb dont je n'ai pas pu lire un bouquin tellement c'était d'un flou non artistique . Je me suis résolu à l'abandon dès la vingtième page . Je lis beaucoup de romans régionaux de Christian Signol , Marie Bernadette Dupuy , Marie Paul Armand pour ne citer qu'eux , car je trouve que ces auteurs ont une façon de raconter à merveille des tranches de vie de la jeunesse de nos grand parents qui ont donc connu le début du vingtième siècle. Ces romans du terroir respirent l'authentique , le concret , je suis à chaque fois transportée par ces lectures fluides et à la portée de tous sans avoir à me prendre la tête sur phrase qui aurait ni queue ni tête .

    avatar
    Fifi13 -

    "Choupette, où est la queue où est la tête ..."

    avatar
    LOLOTTE33 -

    Simple Fifi , tu donnes la gamelle à Choupette et t'es certaine de pas te tromper en lui mettant son collier ! J'avais oublié celle -là de Bourdon !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]