Géocaching : la chasse au trésor à l'ère du numérique

Chargement en cours
 Le géocaching ne nécessite qu'un smartphone et une appli dédiée afin de partir à la chasse au trésor.

Le géocaching ne nécessite qu'un smartphone et une appli dédiée afin de partir à la chasse au trésor.

1/2
© Adobe Stock, Kaspars Grinvalds
A lire aussi

Christian Pambrun

La chasse au trésor moderne existe ! Appelée "géocaching", elle permet à n'importe quel aventurier, enfant ou adulte, de partir à la découverte de lieux nouveaux ou familiers dans lesquels se cachent des balises. Pas besoin de boussole ou de carte, seul un smartphone suffit. Retour sur un phénomène qui prend de l'ampleur.

Et si le chemin que vous empruntez tous les jours regorgeait de petits trésors cachés ? Le géocaching fait fureur depuis plusieurs années et compte de plus en plus d'adeptes français. Véritable course d'orientation moderne, le principe est simple : à l'aide d'une application installée sur un smartphone, le joueur reçoit les coordonnées et des indices permettant de mener à des balises dissimulées dans des lieux publics. Ces trésors - généralement sans valeur et bien souvent sous la forme d'une boîte étanche contenant un papier et un crayon afin d'enregistrer sa découverte - sont destinés à rester sur place afin de laisser d'autres géochercheurs avoir le plaisir de les découvrir.

Un jeu qui a ses codes

Le géocaching s'est développé au début des années 2000 aux États-Unis et s'est démocratisé dans le monde les années suivantes avec l'arrivée des premiers GPS personnels puis des smartphones. Il y aurait aujourd'hui plus de six millions de géochercheurs dans le monde, dont plusieurs milliers en France, qui utilisent notamment les applis Geocaching ou C:geo. Si le jeu est ouvert à tous, certains habitués le prennent très au sérieux et un véritable jargon a été créé par la communauté grandissante de chercheurs. Souvent issu de l'anglais, ce vocabulaire codifie véritablement l'aventure : un "logbook" est le carnet sur lequel l'enregistrement physique (avec un crayon et un papier) d'une "géocache" peut se faire. Un "objet voyageur" signifie que le trésor trouvé peut être déplacé et caché ailleurs. On retrouve aussi des acronymes, comme MPLC signifiant "merci pour la cache", et même des termes tirés directement de l'univers d'Harry Potter, comme "moldus" désignant un non géo-cacheur ou un débutant.

Un véritable esprit de communauté

Ce vocabulaire participe à l'esprit de communauté que procure le géocaching. Aujourd'hui, de nombreuses associations et villes proposent cette activité, notamment pour les enfants en été, et certains géocacheurs adultes se donnent rendez-vous pour des journées de chasse au trésor endiablées. De la Bretagne à la Savoie, toutes les régions sont concernées et ont souvent leur propre site internet dédié. Si la chasse et le plaisir de trouver les caches sont bien sûr le but ultime de ce jeu, le géocaching est un excellent moyen de prendre l'air et de découvrir de nouveaux endroits - même proches de chez soi et auxquels on ne prête pas forcément attention. Les caches sont souvent situées en pleine nature ou autour de lieux remarquables et historiques, et permettent d'allier amusement et enrichissement culturel - sorte de Pokémon Go en version améliorée et impliquant de vraies découvertes physiques ! Alors, si l'âme de Lara Croft ou d'Indiana Jones sommeille en vous, lancez-vous !

 
1 commentaire - Géocaching : la chasse au trésor à l'ère du numérique
  • avatar
    bencaalors -

    j'ai pratiqué ce genre de recherche de trésors avec les enfants, ils ont adorés puis ça fait un peu de rando c'est pas mauvais,ça reste bien plus intelligent que de courir après des Pokemon virtuels

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]