société

Ventes privilèges

PMA : le texte sera voté « avant fin 2013 »

PMA : le texte sera voté « avant fin 2013 » 28/01/2013


La ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem l'a assuré ce matin sur BFMTV : le texte sur la procréation médicalement assistée (PMA) sera présenté « avant fin mars » et voté « avant la fin 2013 ».

« Je suis pour (l'ouverture de la PMA aux couples de femmes homosexuelles), le parti socialiste est pour, et le gouvernement s'est exprimé dans ce sens », a-t-elle d'abord expliqué au micro de Jean-Jacques Bourdin.
La ministre a ensuite précisé que cette ouverture se ferait « dans le cadre de la loi sur la famille ». Enfin, Najat Vallaud-Belkacem a indiqué que François Hollande allait demander l'avis du comité consultatif national d'éthique. « C'est important car l'ouverture de la PMA pose des questions qui ne tiennent pas toutes à la nature homosexuelle du couple concerné. Elle va poser des questions y compris pour les couples hétérosexuels qui aujourd'hui peuvent y accéder notamment sur l'anonymat du don de gamètes. Sur le remboursement par la sécurité sociale, je n'ai pas de position sur ce point, il faut donc un débat. Et c'est la raison pour laquelle nous voudrions que la PMA soit ouverte aux couples homosexuels, pour des raisons d'égalité », a expliqué la ministre des Droits des femmes.

« Nous avons le sentiment de perdre notre temps »

Début janvier, les députés PS avaient annoncé qu'ils ne déposeraient pas d'amendement pour inclure la PMA dans le projet de loi sur le mariage homosexuel, contrairement à ce qu'ils avaient annoncé en décembre. L'Inter-LGBT s'était dite très « déçue ». « Nous déplorons les pressions probables du gouvernement sur les parlementaires pour qu'ils ne déposent pas cet amendement alors qu'il s'agit d'une question d'égalité tout simplement », avait d'abord déclaré à l'AFP Nicolas Gougain, le porte-parole de la fédération qui regroupe près d'une soixantaine d'associations militant pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bi et transsexuelles. « Le débat, avec une parole homophobe décomplexée, devient de plus en plus dur à vivre pour les homosexuels, pour les familles. Et là, on en reprend pour plusieurs mois. Nous avons le sentiment de perdre notre temps », avait-il ajouté.

l.r. - Source : Elle.fr - Copyright : elle.fr

news précédente news suivante

haut de page

nos services

publicité