Défrisages et produits éclaircissants : des standards de beauté toxiques ?

Défrisages et produits éclaircissants : des standards de beauté toxiques ?
Les standards de beauté caucasiens peuvent amener les femmes noires, latinos, arabes et asiatiques à employer des produits dangereux pour leur santé.

Anthony Vincent

Pour correspondre aux standards de beauté européens, les femmes afro-descendantes prennent le risque d'employer des produits toxiques, qui inscrivent physiquement sur elles l'auto-discrimination qu'elles se vouent.

Érigée au rang de standards de beauté mondiale, l'idéale de la femme caucasienne au teint clair et cheveux lisses fait des dégâts au sein des minorités. Une étude menée par l'université de Columbia aux Etats-Unis dont les résultats ont été publiés en 2013 relevait que les femmes noires avaient davantage tendance à développer des problèmes d'estime de soi, voire des troubles du comportement alimentaires et de dépression à cause de ces standards de beauté inatteignables.

"La discrimination raciale basée sur les normes européennes de beauté peuvent conduire à un racisme internalisé, à une honte corporelle et à une insatisfaction vis-à-vis de leur peau, facteurs qui peuvent influencer l'utilisation de produits pour obtenir des cheveux plus raides ou une peau plus claire", révèlent des chercheurs de l'Université George Washington et de l'Occidental College dans un récent article publié dans la revue scientifique American Journal of Obstretrics and Gynecology.

Défrisages, lissages au formol et autres crèmes éclaircissantes au mercure ou à l'hydroquinone s'avèrent particulièrement toxiques, comme en attestent l'explosion des plaintes auprès de l'organisation de régulation des cosmétiques américains Food And Drug Administration. Elles ont même doublé entre 2015 et 2016, signe que même si la toxicité de ce type de produits est avéré, ils continuent de se vendre massivement. Le racisme serait-il lucratif pour l'industrie cosmétique ?

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU