Des ingrédients chimiques bientôt dans les cosmétiques bio ?

Des ingrédients chimiques bientôt dans les cosmétiques bio ?
La norme ISO 16128 sème le trouble dans le marché des cosmétiques bio et naturels.

Justine Fiordelli

Encadrés par des labels stricts (Cosmébio, ECO, Ecocert, Cosmos, BDIH) imposant de nombreuses conditions, les cosmétiques bio et naturels pourraient prochainement tolérer l'usage d'ingrédients chimiques dans leur composition.

Alors qu'ils ne contiennent jusqu'à présent aucun composant synthétique, les cosmétiques bio et naturels sont actuellement la cible d'une polémique. Une nouvelle norme internationale baptisée ISO 16128, qui devrait être adoptée avant fin 2017, sème en effet le trouble. Censée éclaircir les définitions du bio et du naturel, elle est pourtant pointée du doigt par de nombreuses associations qui crient à "la tromperie pour les consommateurs".

Les associations montent au créneau

Parmi elles, Cosmébio, Générations Cobayes, Générations Futures, WECF ou encore Les Naturalistas ont fait part de leurs doutes dans un communiqué et craignent que la "norme 16 128 tolère la présence de composants controversés dans les formulations, comme le phénoxyéthanol, les parabènes, les silicones ou les dérivés d'animaux morts." Elles dénoncent également l'absence "de pourcentage minimal de bio dans le produit fini".

La Fébéa met les points sur les "i"

La polémique commençant à enfler, Anne Dux, directrice des affaires scientifiques de la Fébéa (Fédération des Entreprises de la Beauté) a tenu à éclaircir la situation au micro de France Info. Nul doute selon elle, il s'agit d'une "norme internationale qui aboutit à un consensus entre toutes les régions du monde. Les ingrédients que l'on appelle biologiques seront tous les mêmes avec les mêmes critères". Et de rassurer : "Un produit biologique devra toujours être conforme à un cahier des charges publié."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.