Meghan Markle lance la mode des taches de rousseur

Meghan Markle lance la mode des taches de rousseur
Meghan Markle lors d'une rencontre avec des athlètes des Invictus Games à l'université de Bath, le 6 avril 2018.

Azza Kamaria

Depuis qu'elle partage la vie du prince Harry, et encore plus maintenant qu'elle l'a épousé, Meghan Markle est une source d'inspiration pour une multitude de personnes qui rêvent de lui ressembler.

En plus d'acquérir peu à peu un statut d'icône de mode à la manière de Lady Diana en son temps, la duchesse de Sussex ne cesse de lancer des tendances. Après le messy bun (chignon froissé), et les ondulations délicates, désormais ce sont les taches de rousseur de Meghan Markle que ses fans cherchent à reproduire. Un vrai phénomène de mode selon de nombreux tatoueurs, à qui de plus en plus de clients demandent de recréer, sur leur visage, les petits points qui ornent celui de l'actrice de Suits.

#FreckleslikeMeghan

Cette nouvelle tendance de se faire tatouer des éphélides a pris d'assaut la Toile où le hashtag #FreckleslikeMeghan (traduction : des taches de rousseur comme Meghan) fleurit en légende de photos postées sur les réseaux sociaux. Tellement que, depuis le mariage princier de Meghan et Harry, Gabrielle Rainbow, une célèbre tatoueuse américaine, a confié au site internet NewBeauty.com être "follement occupée" à recréer des taches de rousseur sur les visages de ses clientes. Pour un peu plus de 200 euros et une heure de douleur (l'aiguille doit pénétrer profondément pour obtenir un effet naturel), les voilà rapprochées un peu plus de leur but.

Si certaines se contentent d'un tatouage, d'autres, plus extrêmes, vont jusqu'à oser la chirurgie esthétique. Interrogé en novembre 2017 par le média américain Allure, Stephen T. Greenberg, un célèbre chirurgien plastique new-yorkais, a affirmé qu'en six mois, le nombre de patientes lui demandant le même nez que la jolie brune a explosé, soit à la même période que l'officialisation de sa relation avec le prince Harry.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU