Une Américaine a percé le secret de la jeunesse éternelle

Une Américaine a percé le secret de la jeunesse éternelle
Et si la jeunesse éternelle était possible ?
A lire aussi

Justine Fiordelli

Les mystères de la jeunesse éternelle auraient-ils été percés ? Ne souhaitant pas vieillir et en lutte perpétuelle contre les signes du temps, la scientifique américaine, Elizabeth Paris, PDG de l'entreprise BioViva USA Inc., affirme en tout cas avoir réussi à faire rajeunir certaines de ses cellules de 20 ans.

Grâce à quoi ? Deux thérapies géniques expérimentales de sa propre compagnie, qu'elle a acceptées de suivre sur elle-même, en tant que "patient zéro", pour tenter de prouver leur efficacité. Si la première devait agir contre la perte de la masse musculaire liée à l'âge, la seconde avait pour but de combattre l'appauvrissement de cellules souches responsables de diverses maladies et infirmités liées au vieillissement. Pour cela, il fallait à tout prix réussir à augmenter les télomères, courts segments d'ADN situés aux extrémités des chromosomes, responsables du vieillissement, qui raccourciraient à chaque division cellulaire.

Dans un communiqué, l'Américaine se voit ravie de faire avancer les choses dans le domaine : "Les thérapies actuelles n'offrent que des bénéfices marginaux pour les personnes souffrant des maladies liées au vieillissement. En plus, les modifications de nos styles de vie ont un impact limité pour traiter ces maladies. Les progrès en biotechnologie sont la meilleure solution. Si ces résultats sont corrects, nous venons d'entrer dans l'histoire". Bonne nouvelle pour Elizabeth Paris, ces tests se sont avérés concluants. Les thérapies géniques lui auraient, en effet, selon les derniers tests pratiqués au Texas, permis de rallonger ses télomères, passant de de 6,71 kb (kilobases) à 7,33 kb. Des chiffres qui traduisent, biolgiquement parlant, un rajeunissement de ses globules blancs d'une vingtaine d'années.

Si cette étude fait l'effet d'une bombe, elle n'a pas été scientifiquement prouvée et les avis sont perplexes dans la communauté scientifque, qui émettrait des réserves. Méfiance, donc. Elizabeth Paris, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin ! Interrogée par le site Inverse, elle a déclaré souhaiter faire reconnaître la vieillesse comme une maladie, auprès de la Food and Drug Administration américaine (FDA) : "En 2020, il y aura sur Terre plus de gens âgés de plus de 65 ans que d'enfants de moins de 5 ans", affirme-t-elle. "Epoque où l'on imagine qu'il deviendra urgent de commercialiser massivement ces découvertes. Au départ la technologie est très chère parce qu'elle est nouvelle, [...] mais très rapidement nous arriverons à baisser les coûts pour que tout le monde y ait accès".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU