Le printemps est-il vraiment la saison des amours ?

Le printemps est-il vraiment la saison des amours ?
Le printemps ne serait pas tant la saison des couples qui se forment, mais plutôt celles des heureux événements.

Jessica Rat

C'est vrai pour la plupart des espèces, qui, question de survie, profitent du climat doux et de la nourriture foisonnante de la saison pour se reproduire. Mais pour l'être humain, le printemps serait au contraire la saison la moins favorable à l'accouplement...

Dans l'imaginaire collectif, la saison des amours, c'est les oiseaux qui chantent et les couples qui roucoulent, eux aussi, sur les bancs publics. En réalité, cette saison assimilée au printemps correspond davantage au temps de la reproduction, la plupart des espèces profitant de l'arrivée des beaux jours - et donc de conditions optimales - pour mettre au monde leur progéniture.

Pour certaines d'entre elles, comme les chiens ou les chats, le temps de la "séduction" et celui de la mise à bas peuvent tous deux correspondre à cette "saison des amours", se suivant dans une même période située entre le printemps et l'été. Mais, évidemment, c'est une toute autre histoire pour la femme qui doit attendre, elle, neuf longs mois avant de voir arriver bébé !

L'automne et l'hiver, plus propices à l'accouplement

Les chiffres de l'Insee démontrent qu'en France, il y a bien une tendance chez l'être humain à profiter également des douceurs printanières et estivales pour accoucher - les mois qui enregistrent le plus de naissances sont en effet entre mai et octobre, avec un pic généralement situé en juillet et août. Or, de fait, cela signifie que la fameuse "saison des amours", celle de l'accouplement en tout cas, n'aurait pas du tout lieu au printemps.

Selon Alain Reinberg, pionnier de la recherche en chronobiologie cité par le magazine Psychologies en 1998 : "De nombreux rythmes hormonaux et biologiques convergent en août et septembre. C'est le moment où, chez les hommes, le taux de testostérone est à son maximum." Une étude plus récente de l'Université Ben Gourian du Néguev en Israël, relatée en 2013 par National Geographic, constate quant à elle que les spermatozoïdes seraient plus efficaces durant l'hiver.

L'été, le temps du flirt

D'autres scientifiques vont même plus loin. Les chercheurs de l'Université de Wroclaw en Pologne suggèrent, auprès de la revue Perception en 2008, que les hommes seraient plus attirés par les femmes en hiver, après le trop-plein d'exposition corporelle durant la saison chaude. Des chercheurs de l'Université des Sciences et de la Technologie de Hong Kong révèlent d'autre part, dans une étude publiée sur la Toile en 2011, que les temps hivernaux nous rendraient plus susceptibles au romantisme... Une affaire de neurones, cette fois, qui réagiraient de façon compensatoire à la grisaille.

Mais voilà qu'un article du Monde, datant de 2012, fait la lumière sur l'augmentation des inscriptions aux sites de rencontre... durant l'été. De quoi en faire la saison des amours ? Pas si sûr. Ce phénomène serait en réalité lié à l'envie de "flirt", de "drague" qui accompagne souvent la période estivale selon le sociologue Jean-Claude Kaufmann, interrogé par le quotidien. Le temps de l'amour, le vrai, resterait donc plutôt réservé à l'automne voire à l'hiver, plus propices en effet au "cocooning" !

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU