Pourquoi le sexe entre femmes excite autant les hommes ?

Chargement en cours
Le saphisme est l'un des fantasmes les plus répandus chez les hommes.
Le saphisme est l'un des fantasmes les plus répandus chez les hommes.
1/2
© Adobe Stock, Rawpixel.com

Hélène Demarly

Assister à une relation sexuelle entre deux femmes, et, pourquoi pas, y participer, est l'un des fantasmes n°1 chez les hommes. Comment l'expliquer ?

Selon un sondage réalisé par Harris Interactive pour Marianne en 2011, 31% des hommes rêvent de regarder deux femmes faire l'amour. Le mot-clé "lesbiennes" est aussi l'un des plus tapés sur les moteurs de recherche des sites de vidéos X. Et qui n'a pas déjà entendu un homme clamer son envie de faire l'amour avec deux femmes en même temps ?

Deux valent mieux qu'une ?

Le sexe entre femmes ressemble du point de vue d'un homme hétérosexuel, à une illusion d'optique érotique qui permet de multiplier le désir : au lieu d'un corps féminin, il y en a deux. Une sorte de jeux de miroirs que la gent masculine imagine alors comme un moment ultra sensuel, où le plaisir est encore plus intense qu'avec une seule partenaire. Quand au visionnage de vidéos pornographiques lesbiennes, c'est aussi l'idée excitante d'entrer dans un monde intime qui leur est interdit : regarder deux femmes faire l'amour, sans pour autant y participer.

Se sentir "l'élu"

Celui qui rêve d'un plan à trois avec deux femmes peut aussi être excité par le fait d'être le seul à pouvoir franchir cette barrière, celle du couple qui, normalement, dit "non" aux hommes mais qui dira "oui" à lui, et lui seul. Une sorte de privilège d'homme dominant et un défi excitant : "elles sont en couple mais elles m'acceptent pour un plan à trois." Même si, dans la réalité, il est peu probable que deux femmes lesbiennes soient attirées par un hétérosexuel et l'accueillent dans leur lit, ne serait-ce que le temps d'une nuit...

Un fantasme culturel

Si les hommes sont excités par deux femmes, ces dernières n'ont pas forcément besoin d'être lesbiennes. Partout, au cinéma, dans les séries, les médias, la publicité, le corps de la femme s'affiche dénudé et désirable, enclin à créer une sorte de fantasme collectif. Surtout, de "La vie d'Adèle" à I kissed A Girl de Katy Perry en passant par le baiser entre Madonna et Britney Spears (lors de la soirée des VMA en 2003), les fausses lesbiennes font vendre. Le fantasme de faire l'amour avec deux femmes est ainsi accepté par tous, au point d'en devenir banal.

Le cliché de l'amour lesbien

Le sexe lesbien est également dans l'industrie pornographique, et à tort, montré comme mignon et gentillet avec baisers, caresses tendres... bref, aseptisé et manquant franchement d'authenticité, avec des femmes minces et grandes, aux cheveux et aux ongles longs, et très jeunes. Bref, des vidéos remplies de clichés bien loin de la réalité. Une vision patriarcale de la sexualité des lesbiennes, qui s'affiche encore plus quand un homme vient "sauver" la situation. Comme si seul l'homme, avec son sexe, allait pouvoir enfin leur faire découvrir le plaisir.

Un fantasme aussi féminin

Si les hommes fantasment sur le sexe lesbien, les femmes elle-mêmes peuvent être excitées par ce type de représentation, même si elles se considèrent comme hétérosexuelles. En 2017, une étude réalisée par Pornhub révélait ainsi que la catégorie "lesbiennes" était la plus populaire chez les utilisatrices du site porno (le taux de visionnage des vidéos "lesbiennes" chez les femmes est 197% plus élevé que chez les hommes). L'explication viendrait sans doute du fait que le porno lesbien laisse plus de place au désir de la femme avec caresses buccales et masturbation mutuelle, quand le porno hétéro fait de la pénétration un passage obligé.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.