Gourmandise : 5 conseils pour arrêter de culpabiliser

Chargement en cours
Arrêtez de diaboliser le gras et le sucré !
Arrêtez de diaboliser le gras et le sucré !
1/2
© iStock, Eva-Katalin

Hélène Demarly

Non, être gourmande n'est pas un drame et encore moins un péché, c'est même plutôt une assurance de plaisir tout au long de la vie ! Mais comment arrêter de se sentir coupable après avoir avalé une part de fondant au chocolat ou un burger-frites ? Suivez le guide.

Apprendre la bienveillance

Arrêtez de vous reprocher vos excès et apprenez à être bienveillante avec vous-même et avec votre corps. Si vous avez envie d'une part de pizza et que vous avez faim, prenez-en. Appréciez la sensation de plaisir en la dévorant, et ne vous resservez que si vous avez encore faim. Surtout, arrêtez de compter tout ce que vous ingurgitez : calories, grammes, sucre... Autres astuces pour réussir à lâcher prise : ne plus se peser quotidiennement et éviter les produits allégés, qui ne font pas passer l'envie de sucré ou de gras.

La qualité plutôt que la quantité

Lorsque vous avalez machinalement des chips ou des gâteaux industriels, le plaisir gustatif est moins important que lorsque vous vous régalez, par exemple, d'une superbe tarte aux fraises achetée dans votre pâtisserie préférée. Pour manger moins, mais mieux, privilégiez donc, lors de vos envies gourmandes, des produits de qualité qui vous procureront un éveil des papilles bien supérieur. De même, faites davantage la cuisine. En aillant conscience de ce qui se trouve dans votre assiette et en choisissant bien vos produits au supermarché, vous mangez mieux et culpabilisez moins.

Arrêter les régimes drastiques

Toutes les statistiques le prouvent : les régimes qui font perdre rapidement du poids ne fonctionnent pas sur le long terme et peuvent créer des troubles alimentaires et faire culpabiliser au moindre coup de fourchette de trop. Arrêtez donc vos repas à base de pamplemousse et d'oeuf dur pendant les quinze jours qui précèdent vos vacances à la plage. Oui vous allez perdre cinq kilos très rapidement, mais reprendrez tout, et davantage, pendant vos vacances. Aucun intérêt donc, si ce n'est un poids qui fait le yo-yo et une culpabilité encore plus grande en revenant à la maison. La meilleure chose à faire ? Bannir les régimes et les restrictions alimentaires trop dures qui finissent par faire craquer et qui vous empêchent d'écouter vos sensations.

Savoir contrebalancer

Ce n'est pas parce que vous craquez pour un café gourmand à la place du simple expresso à la fin de la pause déjeuner qu'il vous faut y penser toute l'après-midi avec honte. Rien de mal à s'offrir une petite douceur sucrée, si vous avez à ce moment-là encore faim, et que vous ne prenez pas tous les jours ce type de dessert pas vraiment équilibré. Rester modérée dans ses choix alimentaires est l'une des meilleures façons d'arrêter de culpabiliser.

Écoutez vos émotions

Apprenez à vous écouter et arrêtez de manger de manière mécanique. Dans quels moments craquez-vous le plus sur la nourriture ? Vos envies viennent-elles compenser du stress, de la colère, de la tristesse ? Distinguez la faim du ventre de celle du cerveau en notant sur un carnet, à chaque fois que vous avez envie de gras, de salé ou de sucré, votre état d'esprit du moment. Ainsi, vous prendrez conscience de votre rapport à la nourriture et arriverez à mieux gérer vos fringales.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU