Faux aliments : quels sont les risques pour la santé ?

Chargement en cours
Les céréales du petit-déjeuner données aux enfants devraient plutôt se trouver dans le rayon bonbons tant elles sont pleines de calories vides, de sucre et de colorants.
Les céréales du petit-déjeuner données aux enfants devraient plutôt se trouver dans le rayon bonbons tant elles sont pleines de calories vides, de sucre et de colorants.
1/2
© Adobe Stock, Karen Roach

Jessica Xavier

Une récente étude française tire la sonnette d'alarme : les aliments ultra-transformés, dits faux aliments, augmenteraient les risques de cancer. Comment les repérer et pourquoi les éviter ? Eléments de réponse.

Yaourts aux fruits sans fruit, céréales du petit-déjeuner multicolores, plats préparés aux saveurs inidentifiables... les aliments ultra-transformés (AUT) prennent de plus en plus de place dans le garde-manger des Français. Et pour cause, ils sont plutôt plaisants au goût, pratiques, prêts à être consommés, ont une longue durée de vie et sont bons marchés. Ils sont pourtant très décriés pour leurs effets néfastes sur la santé et ne devraient être consommés que de façon très occasionnelle.

Un faux aliment c'est quoi ?

Selon la classification NOVA, qui catégorise les aliments en 4 groupes selon leur degré de transformation, un aliment ultra-transformé est : un aliment ou boisson dont la fabrication comporte plusieurs étapes de transformations et qui contient une très longue liste d'ingrédients dont de nombreux additifs, colorants... On y retrouve bien sûr les sucreries et les snacks mais pas que. La liste des AUT est très longue : pains et brioches industriels, barres chocolatées, biscuits apéritifs, sodas et boissons sucrées aromatisées, nuggets de volaille et de poisson, soupes instantanées, plats cuisinés, charcuteries et jambons contenant des conservateurs... auxquels s'ajoutent des aliments transformés riches en conservateurs, colorants, émulsifiants, texturants, édulcorants... Bref, les AUT sont partout !

Pourquoi les bannir de son assiette ?

Selon l'étude réalisée conjointement par des chercheurs de l'Inserm, de l'INRA et de l'Université Paris 13*, les aliments ultra-transformés représentent plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ce qui pose forcément problème compte-tenu de leur faible qualité nutritionnelle (des calories vides, pas ou très peu de fibres, minéraux, vitamines), de la forte présence d'additifs alimentaires voire parfois de composés provenant des emballages.

Autre problème avec ces faux aliments riches en sel, sucre, gras, additifs, ils sont hyperglycémiants et pas du tout rassasiants. Ils donnent envie de grignoter toute la journée ce qui favorise le diabète de type 2 et l'obésité, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Dans une interview accordée à Francetvinfo, le chercheur en alimentation Anthony Fardet rappelait le lien entre le passage des vrais aux faux aliments dans notre société et l'augmentation des maladies chroniques. Dans leur étude de cohorte (menée pendant 8 ans sur près de 105 000 participants) publiée en février dernier, les chercheurs mettaient eux en lumière le lien entre aliments ultra-transformés et hausse du cancer. Au cours de l'étude, 2 2248 cas de cancers ont été diagnostiqués. Une hausse de 10% de la part d'AUT dans l'alimentation était associée à "une hausse de plus de 10% des risques de développer un cancer au global et un cancer du sein en particulier".

Pour renverser la vapeur, il est temps de redonner toute sa place à une alimentation saine et plaisir, non transformée, source d'énergie et de bien-être où la part belle est faite aux végétaux (au moins 50 % de chaque repas) et où les aliments ultra-transformés sont l'exception.

* Etude "Consumption of ultra-processed foods and cancer risk: results from NutriNet-Santé prospective cohort", Inserm, Inra et Université Paris 13, publiée dans le British Medical Journal le 15 février 2018

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.