Hydrocution : les gestes à adopter pour l'éviter

Chargement en cours
Si vous avez des sensations de vertige en nageant, rapprochez vous du bord.
Si vous avez des sensations de vertige en nageant, rapprochez vous du bord.
1/2
© Adobe Stock, EpicStockMedia

Marine Cournede

Chaque année en France, le nombre de noyades est estimé à 300 000, et environ 500 d'entre elles seraient fatales. Parmi les causes possibles, l'hydrocution arrive troisième. Voici tout ce qu'il y a à savoir sur ce choc thermique qui sévit chaque été.

Hydrocution : qu'est ce que c'est ?

Aussi appelée choc thermique, l'hydrocution est liée à la chaleur et survient lorsqu'il y a une différence trop importante entre la température du corps et celle de l'eau. Elle résulte souvent d'une immersion trop brutale dans l'eau froide après une exposition prolongée au soleil.

L'hydrocution concerne principalement les enfants, les personnes âgées et les personnes atteintes de troubles cardiaques, mais un bon nageur, jeune adulte, peut aussi en être victime.

Ce choc thermique se traduit par une perte de connaissance plus ou moins brutale et l'arrêt de la respiration, pouvant générer un arrêt de la circulation cérébrale.

Hydrocution : comment l'éviter ?

On rentre dans l'eau en douceur : Il existe quelques précautions pour prévenir les risques d'hydrocution, et certaines vous seront sans doute familières. Il faut rentrer progressivement dans l'eau en prenant soin de se mouiller au préalable quelques parties du corps, notamment la nuque, le torse et le dos qui comprennent de nombreuses terminaisons nerveuses. Le tout est d'acclimater le corps à la température de l'eau. Vous pouvez aussi immerger vos jambes jusqu'en dessous du genou pendant une dizaine de minutes, afin de préparer le terrain.

On limite l'exposition au soleil : Les adeptes du bronzage ne l'entendront pas de cette oreille, mais une exposition prolongée au soleil, d'autant plus si le mercure ne cesse de grimper, va logiquement créer un écart de température plus important entre le corps et l'eau, accentuant le risque de choc thermique. Cette précaution vaut particulièrement pour les enfants et les personnes âgées. C'est entre midi et 16h que le soleil chauffe le plus !

On évite la baignade après consommation d'alcool: Au même titre que la chaleur, l'alcool a tendance à dilater les vaisseaux sanguins. Effet indésirable donc, lorsque l'on sait que l'eau froide contracte ces derniers.

Hydrocution après manger : vrai ou faux ?

La croyance populaire veut que la baignade juste après un repas copieux provoque l'hydrocution. En effet, la période postprandiale entraînerait un afflux sanguin vers les organes digestifs et donc une augmentation de la température du corps. Pourtant, la phase de digestion ne commencerait que 2h après, le repas, laissant une marge généreuse avant le réchauffement du corps. En revanche, la baignade juste après un repas peut chambouler la digestion, et aussi impacter vos compétences de nageur, car la sensation de flottement dans l'eau après un repas s'apparente moins à un poisson qu'à une enclume.

Les premiers gestes si vous êtes témoin d'une personne victime d'hydrocution :

• Sortez la victime de l'eau.

• Allongez-la sur le flanc, à l'ombre pour réguler la température de son corps.

• Prévenez les secouristes de plage, les pompiers ou le SAMU.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.