La sédentarité, le mal du siècle ?

Chargement en cours
Fuyez tant que possible la position assise. Plus vous restez assise, plus vous augmentez les risques de mortalité.
Fuyez tant que possible la position assise. Plus vous restez assise, plus vous augmentez les risques de mortalité.
1/2
© Adobe Stock, Prostock-studio
A lire aussi

Jessica Xavier

La sédentarité serait-elle le nouveau mal du siècle ? Au regard du nombre de problèmes de santé qu'elle engendre, la réponse est oui. Zoom sur ce nouveau mal moderne à combattre.

La sédentarité tue, et même plus que la cigarette ! Elle est responsable selon l'OMS de 10% des décès en Europe. D'où l'urgence d'agir contre ce fléau.

Ne pas confondre sédentarité et inactivité physique

Même si les notions sont proches, il ne faut pas confondre inactivité physique (absence de mouvement) et sédentarité. Cette dernière correspond au temps passé assise ou allongée entre le lever et le coucher. Dans l'idéal, il ne faudrait pas passer plus de 8 heures par jour assise, toutes activités confondues (repas, déplacements, bureau, devant un écran, dans le canapé à bouquiner...), et idéalement faire au moins 150 minutes d'activité physique d'intensité modérée par semaine. Seuil en dessous duquel les risques pour la santé deviennent dangereux.

La vie moderne incompatible avec l'activité physique régulière ?

L'Homme est programmé pour bouger. À l'origine, il chassait et cueillait pour se nourrir, construisait lui-même son habitat, les nécessités inhérentes à sa survie le mettait en mouvement permanent. Aujourd'hui, la tendance s'est inversée. Entre la voiture ou les transports pour se rendre au travail, les heures passées derrière l'ordi et devant la télé, les repas... pour la grande majorité des Français, le quotidien se résume à la position assise.

Les dangers de la sédentarité

Selon l'OMS la sédentarité est considérée comme le 4e facteur de risque de décès dans le monde et l'inactivité physique tuerait plus que le tabac. La sédentarité toujours d'après l'OMS est la cause principale de près d'un quart des cancers du sein ou du colon, de 27 % des cas de diabète, de nombreux cas d'obésité, de maladies cardio-vasculaires. Ces pathologies sont favorisées par l'absence d'activité physique mais à l'inverse, elles sont tenues à l'écart quand l'exercice est régulier.

Sédentarité : chaque geste compte

L'activité physique ce n'est pas uniquement le running ou le foot. Elle est définie comme "tout mouvement produit par la contraction des muscles entraînant une augmentation de la dépense énergétique au-dessus de la dépense de repos". Rester debout dans les transports plutôt que de s'asseoir est donc considéré comme de l'activité physique tout comme le fait de se lever pour aller poser une question à un collègue plutôt que lui faire un mail. Au quotidien, en matière de lutte contre la sédentarité chaque geste compte. Pensez à vous lever toutes les 60 ou 90 mn pour marcher, vous étirer pendant 5 mn, prenez les escaliers plutôt que l'ascenseur, marchez autant que possible. Chaque semaine, réalisez 5 fois 30 mn d'activité modérée ou 3 fois 30 mn d'activité intense ou un mix des deux. À savoir, ne rien faire de la semaine et se rattraper sur une séance de 2 heures le dimanche n'est pas bénéfique.

Enfin, gardez en tête qu'une activité physique régulière ne protège pas des effets délétères de la sédentarité. Même avec une activité de plus de 150 mn par semaine, plus vous passez de temps assise, plus le risque de mortalité augmente. Pour rester en bonne santé le plus longtemps possible il faut donc à la fois augmenter le temps consacré à l'activité physique et diminuer le temps passé assis.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU