Maladie de Parkinson : comment la détecter ?

Chargement en cours
Des médicaments peuvent soulager les symptômes de la maladie, mais pas la soigner.
Des médicaments peuvent soulager les symptômes de la maladie, mais pas la soigner.
1/2
© Adobe Stock, auremar

Émilie Nougué

La maladie de Parkinson concerne 2% des personnes de plus de 65 ans en France, soit entre 150 000 et 200 000 patients. Comment se manifeste-t-elle ? Voici les signes avants-coureurs qui doivent vous alerter.

Qu'est-ce que la maladie de Parkinson ?

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative chronique qui provoque la disparition progressive et irréversible des neurones dopaminergiques. Celles-ci, qui sont environ 800 000, sont situées dans une petite zone à la base du cerveau appelée substance noire, ou locus niger. Leur disparition entraîne une baisse de la production de dopamine, molécule qui sert de messager entre deux neurones et qui est - entre autres - indispensable au contrôle des mouvements du corps. Des symptômes apparaissent lorsque sa production connaît une chute de 50 à 70%.

Ces symptômes à connaître

Les effets de la maladie de Parkinson ne sont pas les mêmes selon les personnes. Cependant, trois symptômes principaux sont souvent détectés et doivent vous alerter :

• L'akinésie, ou la lenteur des mouvements. Signe le plus fréquent de cette maladie, il se repère surtout dans les mouvements complexes qui requièrent de la précision ou la coordination de plusieurs membres : la marche, l'écriture... Ainsi, 75% des patients Parkinsoniens sont atteints de micrographie, un trouble se caractérisant par une écriture de plus en plus petite à mesure que la main progresse vers la fin d'un mot ou d'une ligne. Parfois, les phrases en deviennent illisibles. Ce trouble apparaît généralement dès la phase initiale de la maladie, voire avant, c'est pourquoi il contribue à établir le diagnostic.

• L'hypertonie, ou la rigidité musculaire. Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson ressentent une tension excessive au niveau des muscles, en particulier ceux qui se situent le long de la colonne vertébrale ou aux articulations. Cela peut leur causer des crampes, des tendinites, des sciatiques...

• Les tremblements. Ils ne sont pas systématiques mais restent le symptôme le plus souvent associé à la maladie de Parkinson. Ils se produisent au repos, c'est-à-dire lorsque la partie du corps concernée n'est pas en action, et généralement d'un seul côté du corps.

D'autres signes peuvent s'ajouter à ces trois troubles principaux : une chute de la pression artérielle, des sueurs, une salivation abondante, des troubles du sommeil, des problèmes digestifs... En revanche, la maladie de Parkinson n'entraîne pas de détérioration des fonctions intellectuelles.

Des signes avants-coureurs au diagnostic

La maladie de Parkinson reste difficile à diagnostiquer parce que les symptômes énumérés ci-dessus ne se manifestent pas toujours ou sont visibles sur le tard. De plus, ils peuvent correspondre à de nombreuses maladies. Les professionnels de santé doivent donc effectuer toute une série de tests, dont des IRM et scanner cérébraux, pour écarter d'autres explications possibles.

À ce jour, il n'existe aucun traitement curatif de la maladie. Mais des médicaments permettent d'en atténuer certains symptômes et donc d'aider les malades à mieux vivre. Si chaque patient réagit différemment à l'annonce de cette maladie, échanger avec des professionnels, une association ou d'autres personnes connaissant la même situation s'avère souvent utile.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU