Pourquoi ronfle-t-on ?

Chargement en cours
Ce sont souvent les proches qui sont les plus gênés par les ronflements.
Ce sont souvent les proches qui sont les plus gênés par les ronflements.
1/2
© Adobe Stock, Andrey Popov

Solène Filly

La ronchopathie est souvent plus gênante pour l'entourage que pour la personne qui en souffre. Car derrière ce terme méconnu se cache un problème plutôt commun : les ronflements. S'ils sont souvent bénins, ils peuvent parfois traduire des problèmes plus graves comme l'apnée du sommeil. Il est donc important d'en connaître la cause.

Si tout le monde sait à quel point il est désagréable de ne pas réussir à trouver le sommeil à cause d'un ronfleur (ou d'une ronfleuse) - les ronflements peuvent atteindre jusqu'à 100 décibels, soit un niveau sonore similaire à celui d'une tondeuse à gazon -, rares sont ceux qui savent exactement pourquoi ils ronflent. Pourtant, selon l'entreprise Oniris, environ 15 millions de Français sont concernés par ce problème.

Des facteurs déclencheurs

Ce bruit si particulier est causé par un rétrécissement du passage au fond de la gorge. En effet, lorsque l'on dort, la luette, le voile du palais et la langue se relâchent et occupent alors plus de place. Un phénomène qui s'accentue avec l'âge, comme l'explique le Dr Jean-Noël Prevost, médecin spécialiste du sommeil au CHU de Caen, au Figaro, mais qui peut aussi être dû à une mauvaise hygiène de vie. Car les ronflements sont aussi liés à une faible tonicité des muscles, dont l'une des causes peut être la consommation d'alcool, en particulier le soir, mais aussi le tabac, puisque comme indiqué sur le site du CHU de Nîmes, fumer va entraîner l'inflammation des muqueuses de la gorge et du nez. Le poids est un autre facteur à prendre en compte, puisqu'un surpoids peut aussi entraîner le rétrécissement des voies respiratoires.

L'apnée du sommeil

Mais parmi les ronfleurs, 10% d'entre eux font en fait de l'apnée du sommeil comme l'expliquait Martine Perez au micro d'Europe 1, c'est-à-dire qu'ils cessent totalement de respirer pendant 10 secondes, ce qui entraîne une baisse du taux d'oxygène dans le sang, et ce, jusqu'à 100 fois par nuit. Or, le Syndrome d'apnée obstructive du sommeil (SAOS) peut avoir des conséquences très graves sur la santé, puisqu'il augmente les risques de crise cardiaque, de dépression et de diabète. Au quotidien, cela se traduit par une sensation de fatigue dès le réveil, mais aussi des maux de tête et de la somnolence tout au long de la journée. Comme les ronflements habituels, l'apnée est dû à l'obstruction des voies respiratoires, mais il arrive aussi qu'elle soit le résultat d'un mauvais fonctionnement du cerveau qui ne contrôle pas correctement les muscles respiratoires. Un cas plus rare qui touche principalement les personnes souffrant d'insuffisance cardiaque ou de maladie neurologique. On parle alors d'apnée du sommeil centrale.

Quand consulter ?

Si vos ronflements représentent une réelle gêne pour votre entourage, ou que vous ressentez une fatigue permanente, il est important de consulter un médecin. S'il détecte une possible apnée du sommeil, il pourra vous prescrire une polysomnographie, soit un examen réalisé à l'hôpital afin d'observer vos différentes phases de sommeil et de mesurer l'activité de votre cerveau, de vos muscles, et le taux d'oxygène dans le sang. S'il ne s'agit que de simples ronflements, il pourra en identifier la ou les causes afin de les traiter efficacement et vous permettre, mais surtout à vos proches, de retrouver le sommeil.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU