Spasmophilie : comment la détecter ?

Chargement en cours
Les symptômes d'une crise de spasmophilie.
Les symptômes d'une crise de spasmophilie.
1/2
© Adobe Stock, WavebreakMediaMicro

Jennifer Durand

Envahie d'une soudaine angoisse, vous sentez l'air vous manquer et des fourmillements dans les jambes ? La crise de spasmophilie présente tant de symptômes qu'il est parfois difficile de la détecter.

Des symptômes très variés

En France, la spasmophilie touche près de 10 millions de personnes, et plus particulièrement les femmes, un mal bien français puisque cette maladie est inconnue à l'étranger. Identifée comme une attaque de panique ou comme une crise de tétanie hors de nos frontières, en France la question de la spasmophilie divise la médecine qui y voit tantôt une manifestation d'un trouble psychologique, tantôt un facteur physique. Souvent impressionnantes, les crises de spasmophilie se manifestent la plupart du temps par une sensation d'étouffement soudaine, des crampes ou des fourmillements dans les membres et un rythme cardiaque qui s'accélère. Cependant, elles peuvent se manifester à travers bien d'autres symptômes tels que des spasmes intestinaux, des tensions de la mâchoire, une transpiration excessive, des douleurs musculaires et articulaires, des troubles de la vision et de l'ouïe... Des symptômes qui s'expriment différemment selon les patients et qui peuvent également varier d'une crise à l'autre, d'où la difficulté de lui trouver une définition précise.

Une crise liée à l'anxiété

Si les causes de la spasmophilie font encore débat, il est généralement admis que les personnes anxieuses y sont plus sujettes. Un état de stress intense peut en effet favoriser un état d'hyperventilation, lui-même responsable d'anomalies dans les échanges entre le calcium et le magnésium au niveau cellulaire, et ainsi provoquer des contractures musculaires et autres signes d'agitation que l'on appelle hyperexcitabilité neuromusculaire. Si elles sont sans gravité, ces crises se révèlent généralement très impressionnantes et éprouvantes pour la personne qui les subit.

Calmer une crise

En cas d'hyperventilation, votre respiration s'accélère et vous expirez une trop grande quantité de gaz carbonique ce qui entraîne une série de modifications physiologiques. Pour calmer la crise, augmentez le gaz carbonique dans votre sang en respirant dans un sac en plastique, les symptômes devraient cesser en quelques minutes. Mais cela ne vous dispense pas de consulter un médecin qui procédera à des examens plus complets permettant d'affiner le diagnostic. Différents traitements peuvent être mis en place pour limiter les crises comme des cures de compléments alimentaires pour faire le plein de calcium, magnésium et phosphore, des séances de relaxation, de thérapie comportementale ou même dans certains cas une prescription d'antidépresseurs.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.