Jean Imbert : "Reblochon, macarons... Au cinéma, je mange de tout"

Jean Imbert : "Reblochon, macarons... Au cinéma, je mange de tout"

Jean Imbert

A lire aussi

Roxane Centola

On a l'habitude de le voir à la télévision, mais cette fois, c'est dans l'univers du cinéma que Jean Imbert est sur le point de s'immerger. Le chef français s'apprête en effet à s'installer dans une cuisine particulière, perchée à 10 mètres de hauteur sous la Nef du Grand Palais à Paris, à l'occasion de l'édition 2015 du Cinéma Paradiso. À quelques heures du lancement du festival, il nous a ouvert les portes de son restaurant, L'Acajou, afin de nous livrer ses impressions et de s'épancher sur le rapport particulier qu'il entretient avec le cinéma.

Mardi 16 juin, le Cinéma Paradiso ouvrira ses portes au Grand Palais. Une opportunité pour le spectateur de vivre le cinéma autrement, et pour Jean Imbert de se mettre en danger, en proposant une expérience encore inédite. Il nous explique : "Je voulais absolument que les gens puissent voir le film en même temps qu'ils mangent. Les organisateurs ont eu l'idée de faire une plateforme en hauteur, au fond du Grand Palais, pour superviser un peu tout ça de haut". Et c'est avec excitation qu'il attend le jour J : "C'est dingue de cuisiner au Grand Palais. Quand on rentre dans cet endroit, c'est toujours impressionnant. Et de m'imaginer cuisiner là-bas pendant onze soirs... Parce qu'on va vraiment faire une cuisine, ça ne sera pas juste de l'assemblage, on va faire une vraie cuisine là-haut !".

"Pour Indiana Jones, pourquoi pas un repas archéologique ?"Si tous les plats préparés par Jean Imbert et son équipe ne seront pas forcément liés au film projeté, attendez-vous tout de même à des clins d'oeil : "Là, pour moi, il y a trois entités à prendre en compte : le lieu, qui prend 50%, ensuite le film et la nourriture à importance égale. Le lieu en soi et cette idée de cinéma sont tellement grandioses que ce n'est pas que l'on doit s'effacer derrière, mais si, un peu quand même. Mais j'ai plein d'idées qui me viennent, notamment sur le kir avec OSS 117, ou pour Indiana Jones... Pourquoi pas un repas archéologique ?"."Reblochon, macarons... Au cinéma, je mange de tout"

Jean Imbert et le cinéma, ça remonte à loin. Il a d'ailleurs toujours lié le plaisir de manger à celui de voir un film : "Quand j'étais petit, je me faisais des sandwichs énormes à la maison, je prenais le métro et j'allais sur les Champs-Élysées et tous les gens me prenaient pour un fou. Récemment je me suis arrêté au Drugstore et j'ai pris une baguette et du reblochon et je suis allé voir je ne sais plus quel film. Trop bon. Je me prends aussi des gâteaux, des macarons chez Ladurée. Au cinéma, je mange de tout"."De Niro ? Il est trop mignon et trop gentil !"

Depuis quelques années, le cinéma ne se vit plus seulement dans les salles obscures pour Jean Imbert. Devenir une star de la gastronomie lui a ouvert des portes improbables et le chef s'est rapidement retrouvé à cuisiner pour les plus grands. Mais s'il y a une rencontre qui l'a marqué, c'est celle avec Robert De Niro : "J'ai déjà cuisiné plusieurs fois pour lui. Il est venu manger ici (au restaurant L'Acajou ndlr). J'adore sa façon d'apprécier la nourriture, de prendre le temps de la manger. Même en plein tournage, alors qu'il n'a pas le temps, il s'arrête, il demande ce que c'est, il prend le temps de manger. En plus il est trop mignon et trop gentil. J'ai besoin que les gens aiment la cuisine. Je m'en fous de faire à manger à quelqu'un de connu qui n'en a rien à faire".

Si Jean Imbert adore le cinéma, pas question pour lui de changer de métier, que ce soit en passant devant ou derrière la caméra. "J'adore être sur les tournages, j'adore accompagner, j'ai beaucoup d'amis dans ce métier. Mais je ne me sens pas capable d'être acteur. Pour en connaître de très bons, je sais que ce n'est pas un métier à prendre à la légère. Par contre, réaliser un jour quelque chose avec quelqu'un, pourquoi pas. J'adore les documentaires. Pourquoi pas faire quelque chose là-dessus...", confie-t-il avec humilité. Mais avant de se lancer dans un tel projet, Jean Imbert prépare son premier livre, ainsi que l'ouverture en septembre d'un nouvel espace culinaire, "un restaurant du midi", en partenariat avec Eric Kayser. Cinéma Paradiso - Du 16 au 26 juin 2015 au Grand Palais à Paris - Découvrez toute la programmation sur www.mk2cinemaparadiso.com

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Jean Imbert : "Reblochon, macarons... Au cinéma, je mange de tout"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]