Les 13 desserts provençaux : pourquoi ce rituel ?

Chargement en cours
Pompe à l'huile, calissons... Selon la tradition provençale, le repas de Noël doit comprendre 13 desserts bien précis.
Pompe à l'huile, calissons... Selon la tradition provençale, le repas de Noël doit comprendre 13 desserts bien précis.
1/2
© Adobe Stock, Martine A Eisenlohr

Laetitia Reboulleau

Les fêtes de fin d'année sont entourées de nombreuses traditions. Parmi elles : celle des treize desserts provençaux. Quelles sont les gourmandises en question et d'où vient ce rituel encore très pratiqué en France ? Découvrez la réponse.

Une tradition centenaire

Chaque région possède ses propres traditions pour les fêtes de fin d'année, mais celle des 13 desserts provençaux est l'une des plus connues. À tel point qu'elle est pratiquée dans de nombreux foyers, à travers la France entière. Il faut remonter jusqu'en 1683 afin de partir sur les traces de son origine. À l'époque, le fait de multiplier les desserts était considéré comme un signe d'abondance, un bon présage. Il faut cependant attendre le 20e siècle pour qu'ils soient associés à la Cène, le dernier repas du Christ avec ses douze apôtres. La tradition veut que les treize desserts se dégustent à partir de la veille de Noël, après la messe de minuit, dans un repas baptisé "gros souper". Ils se dégustent avec du vin cuit, et resteront sur la table jusqu'au lendemain de Noël, le 26 décembre. Attention : les invités se doivent de goûter à toutes les gourmandises proposées. Le contraire serait un signe d'impolitesse envers l'hôte de la soirée.

Quels sont les 13 desserts provençaux ?

Certains affirment qu'il existe une liste très précise, mais en réalité, cette dernière n'est mentionnée dans aucune archive. Sur les treize mets, seuls certains ont une présence fixe. À commencer par ce que l'on appelle les "quatre mendiants". Il s'agit de quatre aliments qui représentent les quatre ordres religieux : des noix ou des noisettes pour les Augustins, des amandes pour le Carmel, des figues séchées pour les franciscains et des raisins secs pour les Dominicains. Essentiel également : le nougat blanc et le nougat noir, qui représentent les pénitents. Pour le reste, rien n'est véritablement fixé, tout dépend des communes de la Provence. L'un des plats les plus connus est la pompe à l'huile d'olive, un dessert à base de farine, d'huile d'olive, de sucre et de fleur d'oranger. Traditionnellement, c'est le présent du Pistachier, personnage typique de la crèche provençale, pour le Christ et sa famille. La pompe à l'huile doit être rompue par le chef de famille, et trempée dans du vin cuit avant d'être dégustée. L'origine de ce nom très particulier fait partie des mystères autour de ce rituel de Noël...

Afin d'apporter un peu de légèreté au repas, les 13 desserts comprennent également des fruits de saison : raisin blanc, orange, ou clémentines, ainsi que le melon d'eau, un fruit traditionnellement associé à l'été, mais qui a la particularité de très bien se conserver. Et pour finir, on retrouve quelques gourmandises faciles à déguster, telles que les calissons d'Aix-en-Provence, la pâte de coings, les pâtes de fruits ou encore les papillotes. Petit conseil : pour éviter l'indigestion tout en respectant la tradition, contentez-vous de petites portions. Et rappelez-vous de consommer le vin cuit avec modération. Bon appétit, et joyeux Noël !

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
6 commentaires - Les 13 desserts provençaux : pourquoi ce rituel ?
  • avatar
    grillon38 -

    La présence du nougat est antérieure à celle des fabrication de Montélimar. Le miel était produit dans beaucoup de ferme de Provence depuis des centaines d'années avant que Montélimar n'en fasse une marque de fabrique. D'une certaine façon, le nougat a toujours été une friandise traditionnelle que se permettaient les provençaux pour se ménager quelques plaisirs gustatifs dans leurs dures vie de labeurs.
    Cette marque de fabrique est notamment issue de la production d'amande en Afrique du Nord depuis 1850 environ, et cette production était en partie importée en métropole et stationnait dans des magasins ou entrepôts de la région de Montélimar.
    Comme l'arrière pays montilien était à cette époque, assez gros producteur de miel, et surtout celui produit à partir de la lavande, un nom connu aujourd'hui comme fabricant de nougat, a eu l'idée de développer ce commerce en fabricant cette sucrerie avec les produits disponibles et de cette tradition Provençale, laquelle région, ne s'arrêtait pas aux frontières précises de départements actuels.
    Certes un résumé un peu court, mais assez réaliste.
    Bonne dégustation à tous et bon Noël.

    avatar
    lli -

    Grillon 38 Merci pour ces intéressantes précisions, et merci aussi pour votre français. Agréable de lire un texte bien construit, et en même temps ni prétentieux ni sentencieux.
    Passez un bon Noël.
    Fifi je te souhaite d'heureuses fêtes par avance. Nous partons tout à l'heure, cette année nous finirons l'année sous d'autres cieux. Transmets mes meilleurs voeux à nos amis communs, je précise bien communs, sans oublier Parpaioun.

    avatar
    Fifi13 -

    Je crains de n'être venue te lire trop tard , mais si tu n'es pas encore partie alors je te souhaite moi aussi de très belles et heureuses fêtes. Je transmettrai avec plaisir, nous devons nous voir en Janvier avec Parpaioun.

    avatar
    Fifi13 -

    Merci Grillon38 de nous avoir apporté ces renseignements. Joyeuses fêtes à vous également.

  • avatar
    grillon38 -

    Enfin un article bienveillant sur le retour aux traditions qui sont chères à mon cœur et à notre cœur de Provençaux !!!
    Un excellent livre de référence sur le sujet : La Provence et le Comtat Venaissin, Arts et Traditions Populaires, par Fernand BENOIT, édité chez AUBANEL, avec quelques détails sur les 13 desserts, page 109.
    La richesse culturelle est sociale d'un pays se mesure par la richesse de ses traditions. Soyons en fiers et n'hésitons pas à communiquer sur ses richesses, de quelles régions qu'elles proviennent. Elles sont notre histoire, nos racines et une partie de notre raison de vivre !
    Chose que l'Europe et sa culture actuelle, mais aussi une certaine "bien pensance" politiquement correcte qui voudraient bien raboter et niveler tout cela par le bas. Inadmissible.

  • avatar
    narber1 -

    Crèche de Noël interdite
    Primes de Noël pour tous
    Cherchez l erreur ! !!!!!

  • avatar
    narber1 -

    Crèche de Noël interdite
    Primes de Noël pour tous
    Cherchez l erreur ! !!!!!

  • avatar
    lechadoc -

    les papillotes sont une invention lyonnaise, donc soit c'est une erreur de les mettre dans les 13 desserts ,, soit la provence s'étend jusqu'à la croix rousse

    avatar
    LOLOTTE33 -

    C'est comme le nougat qui est de Montélimar ! Mais rien ne dit dans l'article que dans les 13 desserts il ne doit y avoir que des produits Provençaux, enfin , je pense et si je me trompe , les internautes de la région ne manqueront pas de le souligner .
    Fifi13 qui passera certainement par là ne manquera pas d'apporter cette précision .

    avatar
    lli -

    Calmez vous ! Si ça peut vous rassurer je ne mets pas de papillotes dans les treize desserts, remarquez je n'aime pas ça, maintenant il est bien précisé qu'il y a une base immuable et que les autres desserts sont laissés à l'appréciation de chacun. Mais c'est fou cet esprit de clocher. Soyez tranquille vous êtes le premier, mais vous ne serez pas le dernier. Certains sont déjà sur Google à noter fébrilement toutes les nuances, erreurs ou approximations et vont tout nous ressortir, et nous apprendre que dans telle région ceci et dans telle autre cela. Peu importe, nous ne renoncerions pour rien au monde à nos treize desserts.
    Passez un bon Noël, avec ou sans papillotes.

    avatar
    Fifi13 -

    Bonjour à tous. J'ai perdu, personnellement, la tradition des 13 desserts. Cela se faisait encore chez mes ex-beaux parents, et c'était extraordinaire toutes ces délicieuses petites choses posées sur la table qu'on pouvait déguster au fur et à mesure que la soirée passait, jusqu'à l'heure d'ouverture des cadeaux ... Il y avait des noix bien sûr, des noisettes, des dattes, des fruits secs (figues, raisins, abricots), du nougat blanc et du noir aussi, des calissons, de la pâte d'amande, et toutes autres sortes de friandises y compris des ........ papillotes. D'ailleurs pour la pâte d'amande, on en garnissait les pruneaux, les dates, et les cerneaux de noix, un délice !

    avatar
    Fifi13 -

    Je n'ai pas répondu à ta question Lolotte, je ne sais pas si les desserts doivent être issus uniquement de la région provençale. C'est une question intéressante, si aucune réponse n'est apportée, j'irai ce soir me documenter sur gogole ...
    En attendant je vous souhaite à tous une belle journée, à toute à l'heure.

    avatar
    lli -

    Le nougat de Montélimar est aussi appelé nougat de Provence. D'ailleurs Montélimar est souvent surnommé La porte de Provence. J'ai toujours vu fabriquer du nougat en Provence et, contrairement à la papillote, il a toujours fait partie des treize desserts. Rien d'agressif dans ma réponse, juste une précision et une réponse à votre demande.