Plaques à induction, vitrocéramiques, gaz... Qu'est-ce que ça change ?

Chargement en cours
Les plaques au gaz sont moins chères que leurs consoeurs.
Les plaques au gaz sont moins chères que leurs consoeurs.
1/2
© Adobe Stock, Chaiphorn

Marine de Guilhermier

Vous vous apprêtez à emménager dans une nouvelle maison ou à complètement refaire votre cuisine, mais vous ne savez pas quoi choisir pour vos plaques de cuisson ? La rédaction fait le point sur vos principales options et leurs différences.

Les plaques au gaz

Un peu old-school, les plaques au gaz restent encore la solution la moins chère (le prix de l'électricité excédant celui du gaz), et pas forcément la moins bonne ! C'est d'ailleurs elles que continuent à utiliser bon nombre de professionnels de la cuisine. Sachez cependant que pour cuisiner de cette façon, votre habitation doit être raccordée au gaz de la ville, à moins que vous ne préfériez investir dans des bonbonnes. L'un des bons points du gaz est sa puissance : il chauffe vite et fort, ce qui est parfait pour les grillades par exemple. Et le fait de pouvoir analyser la puissance de la cuisson grâce à la flamme est également un avantage.

Quelques inconvénients sont tout de même à prendre en compte : l'entretien peut parfois être fastidieux à cause des éléments à démonter pour les nettoyer et il faut s'attaquer régulièrement aux brûleurs et bougies. Surtout, il faut être extrêmement vigilant à toute odeur suspecte et connaître l'endroit du robinet d'arrivée pour pouvoir couper le gaz rapidement en cas de souci. Petit conseil : ne vous lancez pas vous-même dans l'installation de plaques au gaz, déléguez cela à un professionnel et n'oubliez pas de faire ensuite contrôler la conformité de l'installation par votre fournisseur de gaz.

La table à induction

Plus chère à acheter que des plaques vitrocéramiques ou au gaz, la table à induction est aussi celle qui bénéficie de la technologie la plus moderne : c'est un champ électromagnétique qui la fait fonctionner. Très précise, l'induction permet des changements de température ultra-rapides (avec elle, plus de débordement de casserole !), encore plus qu'avec le gaz. Sa technologie, qui fait en sorte que la chaleur se diffuse uniquement quand un récipient est sur le foyer et reste froid le reste du temps, lui permet à la fois de générer des économies d'énergie et d'être au top niveau sécurité. Enfin, elle est très facile à nettoyer. Seul point noir : il faut absolument des ustensiles compatibles, soit qui contiennent un métal ferreux. Ainsi, si vous craquez pour ce mode de cuisson, il vous faudra peut-être renouveler votre stock de casseroles ! Notez aussi que l'induction est déconseillée aux porteurs de pacemaker en raison du champ magnétique.

La table vitrocéramique

Visuellement très ressemblantes aux plaques à induction, celles vitrocéramiques s'en distinguent par la couleur du foyer qui devient rouge quand il chauffe. Leur plus gros avantage est leur prix, bien plus accessible que celui des tables à induction mais elles pêchent côté cuisson. Elles sont notamment particulièrement lentes pour faire bouillir de l'eau mais aussi lentes à refroidir. Une fois éteinte, la plaque reste chaude pendant un long moment, ce qui veut dire une consommation électrique plus importante que l'induction et, surtout, des risques de brûlures accidentelles plus élevés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU